Archive for the ‘News’ Category

ULTRAMAR (Empire Travel Club)

Dimanche, octobre 26th, 2014

ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_031

166 NÉGATIFS ENTERRÉS  / (FOUND NEGATIVES)

La découverte de négatifs noir et blanc d’un jeune conscrit portugais en service militaire en Afrique « Ultramar » à Lisbonne en 2001 a ravivé en moi la question de l’image et de la mémoire. Ces négatifs ont été découvertes entre les interstices des pavés autour du Castelo de São Jorge, sous les roues de ma voiture alors que je me garais, par un simple froissement de celluloïd. Un son qui, comme photographe, m’était familier. Bloqué sous ma roue, un bout de film que je tira comme un serpentin et d’où sortirent 6 rouleaux de 36 poses noir et blanc, se déroulant un à un.Depuis l’histoire moderne, il n’y a plus d’événement sans image. Et sans image, il n’y plus de mémoire ni d’Histoire. Dans le processus du passage de l’objet photographique à l’image liquide digitale, malléable, la perte du négatif a entamé l’essence même de la photographie et notre confiance dans ces images. Dans le cas d’évènements qui engagent des nations, des peuples, des idéaux, il faut souvent se contenter de reconstitutions, de témoignages, d’archives incomplètes. Une histoire commune qui ne serait que l’accumulation d’une multitude de vie d’hommes. Les médaillons de couleurs sur ces archives photographiques établissent ici, à l’instar d’un vieil album de famille commun, un protocole plastique de lecture basé sur les drapeaux portugais, de Guinée-Bissau, Angola et Mozambique : le vert, le rouge, le noir et le jaune auxquels j’ai rajouté le bleu, celui de l’océan atlantique, et le blanc, celui de la paix et de la fraternité. Un jeu combinatoire dont va naître un entrelacement de couleurs, où les familles d’idéaux, de races vont se fondre en une fresque collective.

(Commissariat d’exposition,Valérie Fougeirol)

Production / Anne-Laure Dagorn, Imag’in
Scan & Tirages / Bruno Cordonnier, Atelier Surexposés

Mois de la Photo 2014
Projection MEP, vendredi 14 novembre 2014, 11h

ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_013ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_014

ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_015ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_019

ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_020ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_027

ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_030 ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_029 ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_028  ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_026 ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_025 ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_024 ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_023 ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_022   ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_032 ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_036 ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_038ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_035 ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_034 ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_033ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_039ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_040ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_041ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_042ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_043ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_044ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_045ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_046ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_047ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_048ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_049ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_050ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_051ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_052ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_053ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_054ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_055ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_056ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_057ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_058ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_059

 

ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_010ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_012

ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_011

ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_001ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_002ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_003ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_007ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_008ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_009

ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_004ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_005ROMARIC-TISSERAND_ULTRAMAR_ANGOLA_PORTUGAL_LOST_NEGATIV_006

LANTERNA MAN

Dimanche, octobre 26th, 2014

ROMARIC_TISSERAND_FAMILY_BUSINESS_MAURIZZIO_CATTELAN_DAKIS_PALAIS_TOKYO-2 ROMARIC_TISSERAND_FAMILY_BUSINESS_MAURIZZIO_CATTELAN_DAKIS_PALAIS_TOKYO-2 ROMARIC_TISSERAND_FAMILY_BUSINESS_MAURIZZIO_CATTELAN_DAKIS_PALAIS_TOKYO-2 ROMARIC_TISSERAND_FAMILY_BUSINESS_MAURIZZIO_CATTELAN_DAKIS_PALAIS_TOKYO-2ROMARIC_TISSERAND_FAMILY_BUSINESS_MAURIZZIO_CATTELAN_DAKIS_PALAIS_TOKYO-2

 

Palais de Tokyo, 13 février 2014

« IF I WHERE A RICH MAN », Performance chantée

Family Business

Project by Maurizzio Cattellan, Collection Dakis

www.familybusiness

 

ROMARIC_TISSERAND_FAMILY_BUSINESS_MAURIZZIO_CATTELAN_DAKIS_PALAIS_TOKYO-9

ROMARIC_TISSERAND_FAMILY_BUSINESS_MAURIZZIO_CATTELAN_DAKIS_PALAIS_TOKYO

ROMARIC_TISSERAND_FAMILY_BUSINESS_MAURIZZIO_CATTELAN_DAKIS_PALAIS_TOKYOROMARIC_TISSERAND_FAMILY_BUSINESS_MAURIZZIO_CATTELAN_DAKIS_PALAIS_TOKYOROMARIC_TISSERAND_FAMILY_BUSINESS_MAURIZZIO_CATTELAN_DAKIS_PALAIS_TOKYO

ROMARIC_TISSERAND_FAMILY_BUSINESS_MAURIZZIO_CATTELAN_DAKIS_PALAIS_TOKYO

ROMARIC_TISSERAND_FAMILY_BUSINESS_MAURIZZIO_CATTELAN_DAKIS_PALAIS_TOKYO

ROMARIC_TISSERAND_FAMILY_BUSINESS_MAURIZZIO_CATTELAN_DAKIS_PALAIS_TOKYO

3360 TIMES ( FROM M TO O)

Dimanche, octobre 26th, 2014

ROMARIC_TISSERAND_MOMO_GALERIE_Michele_didier_mfc

ROMARIC_TISSERAND_MOMO_GALERIE_Michele_didier_mfc

web-DSC_9106

ROMARIC_TISSERAND_MOMO_GALERIE_Michele_didier_mfc

ROMARIC_TISSERAND_MOMO_GALERIE_Michele_didier_mfc

ROMARIC_TISSERAND_3360_TIMES-MOMO_GALERIE_LOVE_INDIANA_Michele_didier_mfc_2

ROMARIC_TISSERAND_3360_TIMES-MOMO_GALERIE_LOVE_INDIANA_Michele_didier_mfc_2

ROMARIC_TISSERAND_3360_TIMES-MOMO_GALERIE_LOVE_INDIANA_Michele_didier_mfc_2

 

3360times.com

1120times.com

672times.com

 

A COPY OF A COPY IS AN ORIGINAL

ROMARIC_TISSERAND_MOMO_GALERIE_ROBERT-INDIANA_MICHELE_DIDIER_SET-5-134

(n° 231/ 672)
3360 TIMES (From M to O)
Edition unique 1/1 + 1 AP
5 fichiers numériques
40 cm x 40 cm
2013

ROMARIC_TISSERAND_MOMO_GALERIE_ROBERT-INDIANA_MICHELE_DIDIER_SET-5-213

(n°213/ 672)
3360 TIMES (From M to O)
Edition unique 1/1 + 1 AP
5 fichiers numériques
40 cm x 40 cm
2013

ROMARIC_TISSERAND_MOMO_GALERIE_ROBERT-INDIANA_MICHELE_DIDIER_SET-5-118

(n° 118/ 672)
3360 TIMES (From M to O)
Edition unique 1/1 + 1 AP
5 fichiers numériques
40 cm x 40 cm
2013

ROMARIC_TISSERAND_MOMO_GALERIE_ROBERT-INDIANA_MICHELE_DIDIER_SET-5-231

(n°231/ 672)
3360 TIMES (From M to O)
Edition unique 1/1 + 1 AP
5 fichiers numériques
40 cm x 40 cm
2013

ROMARIC_TISSERAND_MOMO_GALERIE_ROBERT-INDIANA_MICHELE_DIDIER_SET-5-103

(n° 103/ 672)
3360 TIMES (From M to O)
Edition unique 1/1 + 1 AP
5 fichiers numériques
40 cm x 40 cm
2013

ROMARIC_TISSERAND_MOMO_GALERIE_ROBERT-INDIANA_MICHELE_DIDIER_SET-5-239

(n° 239/ 672)
3360 TIMES (From M to O)
Edition unique 1/1 + 1 AP
5 fichiers numériques
40 cm x 40 cm
2013

ROMARIC_TISSERAND_MOMO_GALERIE_ROBERT-INDIANA_MICHELE_DIDIER_SET-3-38

(n°0038/ 1120)
3360 TIMES (From M to O)
Edition unique 1/1 + 1 AP
3 fichiers numériques
120 cm x 120 cm
2013

ROMARIC_TISSERAND_MOMO_GALERIE_ROBERT-INDIANA_MICHELE_DIDIER_SET-3-86

(n°0086/ 1120)
3360 TIMES (From M to O)
Edition unique 1/1 + 1 AP
3 fichiers numériques
120 cm x 120 cm
2013

ROMARIC_TISSERAND_MOMO_GALERIE_ROBERT-INDIANA_MICHELE_DIDIER_SET-3-115

(n°0038/ 1120)
3360 TIMES (From M to O)
Edition unique 1/1 + 1 AP
3 fichiers numériques
120 cm x 120 cm
2013

ROMARIC_TISSERAND_MOMO_GALERIE_ROBERT-INDIANA_MICHELE_DIDIER_SET-3-122

(n°0122/ 1120)
3360 TIMES (From M to O)
Edition unique 1/1 + 1 AP
3 fichiers numériques
120 cm x 120 cm
2013

ROMARIC_TISSERAND_MOMO_GALERIE_ROBERT-INDIANA_MICHELE_DIDIER_SET-3-84

(n°0084/ 1120)
3360 TIMES (From M to O)
Edition unique 1/1 + 1 AP
3 fichiers numériques
120 cm x 120 cm
2013

ROMARIC_TISSERAND_MOMO_GALERIE_ROBERT-INDIANA_MICHELE_DIDIER_SET-3-68

(n°0068/ 1120)
3360 TIMES (From M to O)
Edition unique 1/1 + 1 AP
3 fichiers numériques
120 cm x 120 cm
2013

A  COPY OF A COPY  IS AN ORIGINAL

MoMO-ROMARIC_TISSERAND-Michele_didier_editions_MCF

3360 TIMES (FROM M TO O)

Avec Alban le Henry

Opening 20th march – 23th april 2014
Michèle Didier - Mcf2 Michèle Didier

Opening le 20 MARS 2014

 

No photography, no painting, just lot of images. C’est ici le statut et la topographie de l’image que traverse, interroge, manipule l’œuvre 3360 TIMES (from M to O) sous sa forme cellulaire élémentaire, celle du fichier d’archive numérique.

3360 TIMES (front M to O) est constituée des quatre lettres M O M O mises en forme tel le LOVE de Robert Indiana. Œuvre fondamentalement mécanique, jouant de la réplique et de la parodie, elle rassemble dans son entièreté, l’intégralité des combinaisons et permutations possibles entre 16 couleurs choisies arbitrairement dans la charte Kodak et appliquées à la matrice des lettres. Sont générées à l’aide de ce protocole 3360 combinaisons organisées aléatoirement par ordinateur en 672 sets de 5 MOMO, 1120 sets de 3 MOMO et 3360 MOMO seuls.

3360 TIMES (from M to O) questionne le statut de l’artiste, archiviste du présent, compilateur et organisateur, dont le désir ne serait plus d’être démiurge, mais machine, confiant aux mathématiques le soin d’accomplir le geste artistique. Ces ensembles organisés ou simples unités — 5152 multiples uniques au total — sont voués à être imprimés sur toile tendue sur châssis. L’acquéreur est invité à prendre part au processus de production en choisissant ou non de réaliser physiquement l’œuvre, comme le proposait Lawrence Weiner dans Statements en 1968. L’œuvre transmise en format numérique par le biais de fichiers PDF offre ainsi la possibilité d’être réactivée de manière illimitée.

3360 TIMES (front M to O) pose distinctement la question de la reproductibilité, de la multiplicité, elle redéfinit la notion d’originalité et de la matérialité de l’œuvre. Paradoxe culturel contemporain, le LOVE de Robert Indiana annonce dès sa conception son pendant mortel le AIDS de General Idea, le VISA de Mircea Cantor prépare potentiellement au MOMO de 3360 TIMES (front M to O).

Hommage fraternel ou destruction de l’icône par absorption, le chef-d’œuvre n’existe plus désormais que par sa capacité de reproduction. Il impose l’idée que le tableau, la sculpture, l’écriture, le dessin ou la performance ne sont plus que des images qui auraient désormais leur propre destinée. Le sacre de la multitude…

www.micheledidier.com

SALLE d’ATTENTE III

Mardi, juillet 16th, 2013

ROMARIC_TISSERAND_Salle dattente III - Gal L Mueller - Photo C Robin-Elvire_BonduelleROMARIC_TISSERAND_Salle dattente III - Gal L Mueller - Photo C Robin-Elvire_Bonduelle

ROMARIC_TISSERAND_Salle dattente III - Gal L Mueller - Photo C Robin-Elvire_BonduelleExposition collective / sur l’invitation d’Elvire Bonduelle

galerie laurent muller

 

© Photographies. Courtesy galerie laurent mueller, © Cyrille Robin

ROMARIC_TISSERAND_RUBIK_CUBE-Romaric_tisserand_2011

Romaric Tisserand
Manuel d’utilisation (pour réussir sa vie) – 2011
Rubik’sCube, filtre Cokin A 003, 18 x 10,5 x 7 cm

ROMARIC_TISSERAND_Salle dattente III - Gal L Mueller - Photo C Robin-Elvire_Bonduelle

ROMARIC_TISSERAND_Salle dattente III - Gal L Mueller - Photo C Robin-Elvire_Bonduelle

ROMARIC_TISSERAND_Salle dattente III - Gal L Mueller - Photo C Robin-Elvire_Bonduelle

Salle d’attente III

Elvire Bonduelle invite Adam Ball, Michel Blazy, Côme de Bouchony, Fouad Bouchoucha, Rada Boukova, Nicolas Boulard, Pierre Charpin, Guillaume Constantin, Laurence De Leersnyder, Nathalie Elemento, Sammy Engramer, Julie Genelin, Liam Gillick, Aurélie Godard, Daniel Gordon, Ann Guillaume, Vincent de Hoÿm, Hanna Husberg, Niall Macdonald, Shana Moulton, Camila Oliveira Fairclough, Renaud Patard, Charles Petit, Romaric Tisserand et Adrien Vescovi

Exposition du 6 juin au 20 juillet 2013
Exhibition from June 6 to July 20, 2013

Vernissage le jeudi 06 juin de 17h à 21h
Opening June 6, from 5PM to 9PM

Elvire Bonduelle
Les dessins à la règle – 2012
Ink-jet print on aluminium, 70 x 100 cm
(english version attached)
Les conditions dans lesquelles on voit les œuvres sont lamentables. Les expositions sont très fréquentées, et parfois par des imbéciles. On ne peut que rester debout et regarder, 
en général avec quelqu’un d’autre. Il n’y a pas d’espace, pas d’intimité, nulle part où s’asseoir ou se coucher, on ne peut ni boire, ni manger,  ni penser, ni vivre.  Ce n’est  qu’une présentation. Ce n’est que de l’information.
 
            Écrits 1963-1990, Donald Judd, 1991, Édition Daniel Lelong
  Car tout est là : bien souvent, nous ne voyons rien. Nous forçons notre regard, à vouloir voir absolument, là, maintenant, en trois minutes, en trente secondes. Pourquoi ne peut-on pas plus souvent s’asseoir face aux œuvres ?
Salle d’attente III est le troisième volet d’une série d’expositions basée sur l’idée que les salles d’attente sont des parenthèses spatiotemporelles propices à la contemplation d’œuvres.
À la galerie laurent mueller, cette nouvelle expérience réunit 26 artistes sur deux espaces reliés par un escalier. Comme si un seul temps d’attente ne suffisait pas, à l’étage, une seconde salle s’offre à nous.

L’accrochage rappelle ceux des salles d’attente de cabinets médicaux, où chaque médecin a porté sa pierre à l’édifice. Untel a cloué le tableau d’un ami peintre, son confrère un tableau hérité, tandis que l’anesthésiste a placé une gravure désuète, une affiche démodée, et ainsi de suite.
Dans notre salle d’attente, le visiteur sera d’abord pris d’une hésitation. Peut-on ou non s’asseoir sur l’un de ces trois bancs ? Après tout, on ne s’assoit pas sur l’art mais pourtant ces coussins semblent nous y intimer. Que lit-on dessus? Sit on it, Wait and See, Là ça va… Autant d’injonctions au laisser-aller, à la patience, au repos. Et bien, asseyons-nous.

Plongé dans l’attente, le regard du visiteur part à la dérive sur les murs, tissant entre les œuvres des liens inattendus. Un porte manteau, un monochrome, des photos, une horloge, des mots brésiliens, des dessins. De cet ensemble disparate émerge un dialogue où se fondent les notions autrefois distinctes de mobilier, décoration et art. Tout s’entremêle, brouillant les pistes et les conventions.

À l’étage, la tension monte. Encore une salle d’attente. Elle est bien plus petite, le plafond est bas et les deux portes sont closes. Tapissée d’un motif pariétal on se croirait presque dans une grotte, une caverne, l’antre d’un médecin aux goûts étranges. Une musique alterne avec une vidéo qui, une fois encore, nous renvoie au sentiment d’attente. Attendez-donc, vous êtes le prochain sur la liste.

E.B.
Un ouvrage conçu par Elvire Bonduelle et publié par la galerie viendra compléter l’exposition.
Lancement prévu le 11 juillet 2013.

 

© Photographies. Courtesy galerie laurent mueller, © Cyrille Robin 

MUSEUM OF MONKEYS (I’VE GOT A MONKEY ON MY BACK)

Mardi, juillet 16th, 2013

(I’VE GOT A MONKEY ON MY BACK)

Performance, 15-16 may, 2013, NYC

Romaric Tisserand as MoMO

Monographic exhibition of this work at the Fototeca de Cuba, La Havana ( 1st-november to 11 january 2014) during the Noviembre Fotografico festival. Curator, Nelson Ramirez de Arellano Conde.

ROMARIC_TISSERAND_NEW_YORK_MUSEUM_MONKEY_PHOTOGRAPHY_023_MOMA-1

ROMARIC_TISSERAND_NEW_YORK_MUSEUM_MONKEY_PHOTOGRAPHY_005_MOMA

ROMARIC_TISSERAND_NEW_YORK_MUSEUM_MONKEY_PHOTOGRAPHY_021_MOMA.jpeg

ROMARIC_TISSERAND_NEW_YORK_MUSEUM_MONKEY_PHOTOGRAPHY_021_MOMA.jpeg

ROMARIC_TISSERAND_NEW_YORK_MUSEUM_MONKEY_PHOTOGRAPHY_021_MOMA.jpeg

ROMARIC_TISSERAND_NEW_YORK_MUSEUM_MONKEY_PHOTOGRAPHY_021_MOMA.jpeg

ROMARIC_TISSERAND_NEW_YORK_MUSEUM_MONKEY_PHOTOGRAPHY_019_MOMA

ROMARIC_TISSERAND_NEW_YORK_MUSEUM_MONKEY_PHOTOGRAPHY_021_MOMA.jpeg

ROMARIC_TISSERAND_NEW_YORK_MUSEUM_MONKEY_PHOTOGRAPHY_021_MOMA.jpeg

ROMARIC_TISSERAND_NEW_YORK_MUSEUM_MONKEY_PHOTOGRAPHY_MOMA-2

ROMARIC_TISSERAND_NEW_YORK_MUSEUM_MONKEY_PHOTOGRAPHY_MOMA-2

ROMARIC_TISSERAND_NEW_YORK_MUSEUM_MONKEY_PHOTOGRAPHY_021_MOMA.jpeg

ROMARIC_TISSERAND_NEW_YORK_MUSEUM_MONKEY_PHOTOGRAPHY_MOMA-5

ROMARIC_TISSERAND_NEW_YORK_MUSEUM_MONKEY_PHOTOGRAPHY_MOMA-5

ROMARIC_TISSERAND_NEW_YORK_MUSEUM_MONKEY_PHOTOGRAPHY_021_MOMA.jpeg

ROMARIC_TISSERAND_NEW_YORK_MUSEUM_MONKEY_PHOTOGRAPHY_021_MOMA.jpeg

ROMARIC_TISSERAND_NEW_YORK_MUSEUM_MONKEY_PHOTOGRAPHY_021_MOMA.jpeg

ROMARIC_TISSERAND_NEW_YORK_MUSEUM_MONKEY_PHOTOGRAPHY_021_MOMA.jpeg

ROMARIC_TISSERAND_NEW_YORK_MUSEUM_MONKEY_PHOTOGRAPHY_021_MOMA.jpeg

ROMARIC_TISSERAND_NEW_YORK_MUSEUM_MONKEY_PHOTOGRAPHY_021_MOMA.jpeg

ROMARIC_TISSERAND_NEW_YORK_MUSEUM_MONKEY_PHOTOGRAPHY_021_MOMA.jpeg

ROMARIC_TISSERAND_NEW_YORK_MUSEUM_MONKEY_PHOTOGRAPHY_021_MOMA.jpeg

 

Credits / Artwork and production from Romaric Tisserand
Photography by Catherine Talese
Prints by Bruno Cordonnier

Smoke Songs / Mo-MORSE CODE

Mercredi, mai 1st, 2013

Smoke Songs CODE,2012
(Pearls rings)
Dimension Variable

ROMARIC_TISSERAND_MOMO_GALERIE_TOTEM_indian_jean_marc_patras_001

ROMARIC_TISSERAND_MOMO_GALERIE_TOTEM_indian_jean_marc_patras_001

ROMARIC_TISSERAND_MOMO_GALERIE_TOTEM_indian_jean_marc_patras_001

TOTEM ( FAR FAR-WEST ). Hommage à Malevitch, Klein et Turrell en oubliant Soulages

Dimanche, avril 14th, 2013

ROMARIC TISSERAND, MOMO GALERIE, JAMES TURELL, KASIMIR MALEVITCH, YVES KLEIN, TOTEM, RACANELLO IDA

romaric_tisserand_totem_indian_jean-marc_patras-galerie-momo-MASTER

ROMARIC TISSERAND, MOMO GALERIE, JAMES TURELL, KASIMIR MALEVITCH, YVES KLEIN, TOTEM, RACANELLO IDA, ALBAN LE HENRI

TOTEM ( FAR FAR-WEST)
Hommage à Malevitch, Klein, Turrell en oubliant Soulages

20 Avril – 11 mai 2013

La MoMO Galerie vous invite à la rejoindre « Hors les murs »

Pour le vernissage de l’installation TOTEM (FAR FAR-WEST) samedi 20 avril à partir de 19h

Installation de Romaric Tisserand

& Scénographie de Alban le Henry

8 rue Sainte Anastase
75003 Paris
jean marc patras / galerie

Propositions Momochromiques pour un monde sans histoires

Construite autour d’un pilier existant en plein milieu de l’espace d’exposition de la galerie, l’installation TOTEM est à la fois une stratégie d’occupation d’un espace commercial par la MoMO Galerie, qu’une prothèse architecturale dont les colonnes de pots de peintures viendraient clore un périmètre ainsi qu’un lieu à expérimenter d’un Far West oublié.

2eme mouvement qui viendrait compléter la performance  » Koutoubia de Paris, Tourism Counter Offensive » réalisée en 2012 à Marrakech où l’artiste vendait des tours Eiffel aux marrakchis en smoking sur la Place Jama-El-Fna, Totem vient de nouveau créer un télescopage par la création d’une nouvelle fiction, d’un réalité alternative au continuum historique issu de la guerre froide. Réhabilitation d’histoires mineures dans un monde globalisé où tout se mélange, se mixe, se répand, s’appauvri, TOTEM est une sorte d’action pour un universalisme local : Venise – Far West, canoë, pirogue, Totem, Campanile de San Marco.

Dans cette promiscuité des monochromes et de leur matrices, naît de TOTEM ces paysages abstraits, grandes plaines aux champs colorés, écrans où se projetterait la nostalgie d’un eden perdu. A la fiction et à la simulation vient se superposer la réalité du vernissage où la couleur s’ingurgiterait à l’état de cocktails colorés, Blue Lagoon, Vodka Noire et Spritz Campari, aboutissement formel et procession complète d’un hypothétique rituel ancien.

TOTEM pose l’idée d’une fiction d’un tombeau profané où nous viendrions rendre hommage aux anciens. Un lieu de culte où les couleurs seraient pensés tels des paysages abstraits, nostalgie d’un Far West perdu, où la perspective serait réduite à l’état de couleur pure, où chaque paysage mental existerait dans leur totalité.

Kasimir, Yves et James, Momo grand chasseurs d’espaces.

Que l’esprit MoMO plane sur la plaine

Les apaches

ROMARIC TISSERAND, MOMO GALERIE, JAMES TURELL, KASIMIR MALEVITCH, YVES KLEIN, TOTEM, RACANELLO IDA, ALBAN LE HENRI

( Cocktails de monochromes à boire : The Blue Klein Jr., Mr Black Malevitch and Red Turrell)

 

ROMARIC TISSERAND, MOMO GALERIE, JAMES TURELL, KASIMIR MALEVITCH, YVES KLEIN, TOTEM, RACANELLO IDA, ALBAN LE HENRI

Romaric Tisserand   » Le Nouveau Monde découvre L’Ancien Monde)
C-Print et encres, 10 x 15 cm, 2011

ROMARIC_TISSERAND_MOMO_GALERIE_TOTEM_indian_jean_marc_patras_001

ROMARIC TISSERAND, MOMO GALERIE, JAMES TURELL, KASIMIR MALEVITCH, YVES KLEIN, TOTEM, RACANELLO IDA, ALBAN LE HENRI

(Self Portrait of the artist as Blue Indian)

ROMARIC_TISSERAND_TOTEM_INDIAN_VENICE_Venice_Venezia_gondola_Native_American chiefs

William F. Cody (known as Buffalo Bill) touring Venice in gondola with four Native American chiefs (Circa 1904)

 

Cocktails colorés réalisés avec l’indéfectible aide de KOOK Catering.

Remerciements aux peintures Ard Filli Raccanello pour leur confiance.

 

ROMARIC TISSERAND, MOMO GALERIE, JAMES TURELL, KASIMIR MALEVITCH, YVES KLEIN, TOTEM, RACANELLO IDA, ALBAN LE HENRI

ROMARIC_TISSERAND_TOTEM_MoMO_Galerie_jean_Marc_Patras-0008

ROMARIC_TISSERAND_TOTEM_MoMO_Galerie_jean_Marc_Patras-0008

ROMARIC_TISSERAND_TOTEM_MoMO_Galerie_jean_Marc_Patras-0008

ROMARIC_TISSERAND_TOTEM_MoMO_Galerie_jean_Marc_Patras-0008

ROMARIC_TISSERAND_TOTEM_MoMO_Galerie_jean_Marc_Patras-0008

ROMARIC_TISSERAND_TOTEM_MoMO_Galerie_jean_Marc_Patras-0014

 

 

TOTEM ( FAR FAR-WEST)
Hommage à Malevitch, Klein, Turrell en oubliant Soulages

20 Avril – 11 mai 2013

La MoMO Galerie vous invite à la rejoindre « Hors les murs »

Pour le vernissage de l’installation TOTEM (FAR FAR-WEST) samedi 20 avril à partir de 19h

8 rue Sainte Anastase
75003 Paris
jean marc patras / galerie

 

FIAT LUX – DISCOURS SUR LA POTERIE –

Mardi, février 26th, 2013

Bougeoir (du bout des doigts),
Argile/Clay,
2012

Réalisé par toucher sur modèle dans l’obscurité totale d’une chambre noire photographique

romaric-tisserand-poterie-chandelier-copie-gerard-richter-001

romaric-tisserand-poterie-chandelier-copie-gerard-richter-001

romaric-tisserand-poterie-chandelier-copie-gerard-richter-001

romaric-tisserand-poterie-chandelier-copie-gerard-richter-001

FIAT LUX

JAMEL SUR LA LUNE – DRAWING PROJECT

Jeudi, février 7th, 2013

Quand mon plombier MoMO devient galeriste, qu’est ce qui empêche mon cordonnier Jamel d’être artiste.

Romaric Tisserand à commandité à son cordonnier, Jamel, une grande série de dessins sur l’odyssée du programme spatial de la NASA et Yuri Gagarin

tirés de mes archives photo, une façon de transformer et de célébrer ces icônes universelles en dessins et esquisses

qui évoquent les livres d’aventures du milieu des années 50’s, chargées d’un intense portée narrative.

 

Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-001 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-002 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-003 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-004 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-005 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-006 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-007 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-008 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-009 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-010 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-011 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-012 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-013 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-014 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-015 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-016 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-017 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-018 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-019 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-020 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-021 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-022 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-023 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-024 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-025 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-026 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-027 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-028 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-029 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-030 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-031 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-032

( VENICE CARNIVAL MoMO REQUIEM )

Jeudi, février 7th, 2013

MoMO spirits spreads on Venice / Carnival MoMO Requiem

Thanks to La Plume dans le…, La Zorra, la Cow Girl à paillettes, Yvette Horner, la petite chatte sur un toit brulant, Miss Geisha Oshima, sa petite soeur des Marquises, G.I Joe et Maman léopard sur une petite mélodie

X  Asaf Avidan – One Day / Reckoning Song ( Wankelmut Remix )

Thanks to Zoubida

MoMO Galerie X NoFound PhotoFair 2012

Jeudi, février 7th, 2013

MoMO Galerie à la NoFound PhotoFair (16-19 nov 2012)

présente les oeuvres de

Sophie Jung, Elvire Bonduelle et Romaric Tisserand

Merci à Emeric Glayse pour avoir rendu tout cela possible

+ Big hug à la Melk Gallery de Oslo

nofound-photo-fair-2012-momo-galerie-romaric-tisserand-sophie-jung

nofound-photo-fair-2012-momo-galerie-romaric-tisserand-sophie-jung
nofound-photo-fair-2012-momo-galerie-romaric-tisserand-sophie-jungnofound-photo-fair-2012-momo-galerie-romaric-tisserand-sophie-jungnofound-photo-fair-2012-momo-galerie-romaric-tisserand-sophie-jungnofound-photo-fair-2012-momo-galerie-romaric-tisserand-sophie-jungnofound-photo-fair-2012-momo-galerie-romaric-tisserand-sophie-jung

nofound-photo-fair-2012-momo-galerie-romaric-tisserand-sophie-jung

nofound-photo-fair-2012-momo-galerie-romaric-tisserand-sophie-jungnofound-photo-fair-2012-momo-galerie-romaric-tisserand-sophie-jung_031nofound-photo-fair-2012-momo-galerie-romaric-tisserand-sophie-jungnofound-photo-fair-2012-momo-galerie-romaric-tisserand-sophie-jungelvire bonduelle, salle d'attentenofound-photo-fair-2012-momo-galerie-romaric-tisserand-sophie-jung

nofound-photo-fair-2012-momo-galerie-romaric-tisserand-sophie-jung

nofound-photo-fair-2012-momo-galerie-romaric-tisserand-sophie-jungnofound-photo-fair-2012-momo-galerie-romaric-tisserand-sophie-jungnofound-photo-fair-2012-momo-galerie-romaric-tisserand-sophie-jungnofound-photo-fair-2012-momo-galerie-romaric-tisserand-sophie-jungnofound-photo-fair-2012-momo-galerie-romaric-tisserand-sophie-jung


www.nofoundphotofair.com/fr

 

nofound-photo-fair-2012-momo-galerie-romaric-tisserand-sophie-jung

 

CONVERSATION AUTOUR D’UN COQ (AU VIN) FART / KOOK

Lundi, janvier 21st, 2013

romaric-tisserand-kook-catering-FART-Conversation-momo

 

FART ( Food + Art )

INVITATION / « UTOPPATTES  » /

CONVERSATION AUTOUR D’UN COQ  (AU VIN)

Jeudi 23 Février, 20h30

MOMOLOGUE + KOOK Catering ont convié à les rejoindre des amis et amis d’amis pour une conversation autour du monde, objet de rencontres, de conversations, de bavardages incohérents et d’interventions multiples.

Ce premier diner sera l’occasion de réaliser le « Pilote » du premier événement de FART, pionniers d’une nouvelle façon, décomplexée de rassembler des hommes et des femmes autour d’une table.

FART est un projet artistique qui réunit des envies culinaires avec des gens. L’art s’installe ensuite autour de nous.

Eat Loudly . Speak Lightly

Kook by Bea Dettori, Dora Borst and Romaric Tisserand

 

NOTA BENE  :

Alfred-Carlos, le coq blanc, après moult conversations sur l’art, l’architecture, le design et les problèmes de garderies pour enfants est retourné dans le grand air gambader et répandre la bonne parole…

 

Pay as you want. 

Drawing are considering as Money

FART-diner-food-art-kook-momologue-romaric-tisserand

FART-diner-food-art-kook-momologue-romaric-tisserand

FART-diner-food-art-kook-momologue-romaric-tisserand

FART-diner-food-art-kook-momologue-romaric-tisserand

FART-diner-food-art-kook-momologue-romaric-tisserand

Le chat noir dépressif de voir l’érudit gallinacé lui échapper

 

Pay as you want. 

Drawing are considering as Money

 

FART-diner-food-art-kook-momologue-romaric-tisserand

FART-diner-food-art-kook-momologue-romaric-tisserand

FART-diner-food-art-kook-momologue-romaric-tisserand

FART-diner-food-art-kook-momologue-romaric-tisserand

FART-diner-food-art-kook-momologue-romaric-tisserand

JAMEL DESSINE LA LUNE

Lundi, janvier 21st, 2013

Quand un plombier devient galeriste, qu’est ce qui empêche un cordonnier d’être dessinateur. J’ai commandité une grande série de dessins à mon cordonnier, Jamel, sur l’odyssée de la NASA et Yuri Gagarin.

Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-001 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-002 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-003 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-004 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-005 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-006 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-007 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-008 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-009 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-010 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-011 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-012 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-013 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-014 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-015 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-016 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-017 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-018 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-019 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-020 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-021 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-022 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-023 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-024 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-025 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-026 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-027 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-028 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-029 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-030 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-031 Momologue-romaric-tisserand-JAMEL-NASA-APOLLO-DRAWING-032

Tourism Counter Offensive Action (La Koutoubia de Paris)

Vendredi, juillet 6th, 2012

Performance de Romaric Tisserand for MoMO

Marrakech, 03/07/2012

romaric-tisserand-Koutoubia-Paris_tour_Eiffel_Tourism-marrakech-photography-performance-momo-galerie

romaric-tisserand-Koutoubia-Paris_tour_Eiffel_Tourism-marrakech-photography-performance-momo-galerie

romaric-tisserand-Koutoubia-Paris_tour_Eiffel_Tourism-marrakech-photography-performance-momo-galerie

romaric-tisserand-Koutoubia-Paris_tour_Eiffel_Tourism-marrakech-photography-performance-momo-galerie

romaric_tisserand_Koutoubia-Paris_tour_Eiffel_Tourism-marrakech-romaric-tisserand-photography-performance-momo-galerie

romaric-tisserand-Koutoubia-Paris_tour_Eiffel_Tourism-marrakech-photography-performance-momo-galerie

romaric_tisserand_Koutoubia-Paris_tour_Eiffel_Tourism-marrakech-romaric-tisserand-photography-performance

romaric-tisserand-Koutoubia-Paris_tour_Eiffel_Tourism-marrakech-photography-performance-momo-galerie

romaric-tisserand-Koutoubia-Paris_tour_Eiffel_Tourism-marrakech-photography-performance-momo-galerie

romaric-tisserand-Koutoubia-Paris_tour_Eiffel_Tourism-marrakech-photography-performance-momo-galerie

romaric-tisserand-Koutoubia-Paris_tour_Eiffel_Tourism-marrakech-photography-performance-momo-galerie

romaric-tisserand-Koutoubia-Paris_tour_Eiffel_Tourism-marrakech-photography-performance-momo-galerie

romaric_tisserand_Koutoubia-Paris_tour_Eiffel_Tourism-marrakech-romaric-tisserand-photography-performance

romaric-tisserand-Koutoubia-Paris_tour_Eiffel_Tourism-marrakech-photography-performance-momo-galerie

romaric_tisserand_Koutoubia-Paris_tour_Eiffel_Tourism-marrakech-romaric-tisserand-photography-performance

romaric-tisserand-Koutoubia-Paris_tour_Eiffel_Tourism-marrakech-photography-performance-momo-galerie

romaric_tisserand_Koutoubia-Paris_tour_Eiffel_Tourism-marrakech-romaric-tisserand-photography-performance

romaric_tisserand_Koutoubia-Paris_tour_Eiffel_Tourism-marrakech-romaric-tisserand-photography-performance

romaric_tisserand_Koutoubia-Paris_tour_Eiffel_Tourism-marrakech-romaric-tisserand-photography-performance

romaric-tisserand-Koutoubia-Paris_tour_Eiffel_Tourism-marrakech-photography-performance-momo-galerie

romaric_tisserand_Koutoubia-Paris_tour_Eiffel_Tourism-marrakech-romaric-tisserand-photography-performance

romaric_tisserand_Koutoubia-Paris_tour_Eiffel_Tourism-marrakech-romaric-tisserand-photography-performance

romaric_tisserand_Koutoubia-Paris_tour_Eiffel_Tourism-marrakech-romaric-tisserand-photography-performance-P1050306

romaric_tisserand_Koutoubia-Paris_tour_Eiffel_Tourism-marrakech-romaric-tisserand-photography-performance-P1050306

romaric-tisserand-Koutoubia-Paris_tour_Eiffel_Tourism-marrakech-photography-performance-momo-galerie

romaric-tisserand-Koutoubia-Paris_tour_Eiffel_Tourism-marrakech-photography-performance-momo-galerie

romaric-tisserand-Koutoubia-Paris_tour_Eiffel_Tourism-marrakech-photography-performance-momo-galerie

romaric_tisserand_Koutoubia-Paris_tour_Eiffel_Tourism-marrakech-romaric-tisserand-photography-performance-P1050306

romaric_tisserand_Koutoubia-Paris_tour_Eiffel_Tourism-marrakech-romaric-tisserand-photography-performance-P1050306

Performance de Romaric Tisserand, (Marrakech, Juillet 2012 )

Choukran bezef à Margherita Ratti, Bea Dettori, Alban Le Henry et Mario le Macaque pour leurs contributions indéfectibles.

HOME PAGE

OCCUPY ART PARADE (PARIS) MARCH 2012, (VENISE) APRIL 2012

Vendredi, avril 6th, 2012

A DEBORD toute.

VENICE-Occupy-momo-galerie-romaric-tisserand-photography-performance

VENICE-Occupy-momo-galerie-romaric-tisserand-photography-performance

VENICE-Occupy-momo-galerie-romaric-tisserand-photography-performance

VENICE-Occupy-momo-galerie-romaric-tisserand-photography-performance

VENICE-Occupy-momo-galerie-romaric-tisserand-photography-performance

VENICE-Occupy-momo-galerie-romaric-tisserand-photography-performance

VENICE-Occupy-momo-galerie-romaric-tisserand-photography-performance

VENICE-Occupy-momo-galerie-romaric-tisserand-photography-performance

VENICE-Occupy-momo-galerie-romaric-tisserand-photography-performance

VENICE-Occupy-momo-galerie-romaric-tisserand-photography-performance

VENICE-Occupy-momo-galerie-romaric-tisserand-photography-performance

VENICE-Occupy-momo-galerie-romaric-tisserand-photography-performance

VENICE-Occupy-momo-galerie-romaric-tisserand-photography-performance

VENICE-Occupy-momo-galerie-romaric-tisserand-photography-performance

VENICE-Occupy-momo-galerie-romaric-tisserand-photography-performance

VENICE-Occupy-momo-galerie-romaric-tisserand-photography-performance

VENICE-Occupy-momo-galerie-romaric-tisserand-photography-performance

VENICE-Occupy-momo-galerie-romaric-tisserand-photography-performance

VENICE-Occupy-momo-galerie-romaric-tisserand-photography-performance

VENICE-Occupy-momo-galerie-romaric-tisserand-photography-performance

VENICE-Occupy-momo-galerie-romaric-tisserand-photography-performance

VENICE-Occupy-momo-galerie-romaric-tisserand-photography-performance

VENICE-Occupy-momo-galerie-romaric-tisserand-photography-performance

VENICE-Occupy-momo-galerie-romaric-tisserand-photography-performance

VENICE-Occupy-momo-galerie-romaric-tisserand-photography-performance

VENICE-Occupy-momo-galerie-romaric-tisserand-photography-performance

VENICE-Occupy-momo-galerie-romaric-tisserand-photography-performance

VENICE-Occupy-momo-galerie-romaric-tisserand-photography-performance

VENICE-Occupy-momo-galerie-romaric-tisserand-photography-performance

VENICE-Occupy-momo-galerie-romaric-tisserand-photography-performance

VENICE-Occupy-momo-galerie-romaric-tisserand-photography-performance

VENICE-Occupy-momo-galerie-romaric-tisserand-photography-performance

OCCUPY ART PARADE VENISE

( APRIL 2012 )

MoMO-galerie_occupy-art-capital-Allan_McCollum-art-parade-romaric-tisserand-

MoMO-galerie_occupy-art-capital-Allan_McCollum-art-parade-romaric-tisserand-

MoMO-galerie_occupy-art-capital-Allan_McCollum-art-parade-romaric-tisserand-

MoMO-galerie_occupy-art-capital-Allan_McCollum-art-parade-romaric-tisserand-

MoMO-galerie_occupy-art-capital-Allan_McCollum-art-parade-romaric-tisserand-

MoMO-galerie_occupy-art-capital-Allan_McCollum-art-parade-romaric-tisserand-

MoMO-galerie_occupy-art-capital-Allan_McCollum-art-parade-romaric-tisserand-

MoMO-galerie_occupy-art-capital-Allan_McCollum-art-parade-romaric-tisserand-

MoMO-galerie_occupy-art-capital-Allan_McCollum-art-parade-romaric-tisserand-MoMO-galerie_occupy-art-capital-Allan_McCollum-art-parade-romaric-tisserand-MoMO-galerie_occupy-art-capital-Allan_McCollum-art-parade-romaric-tisserand-

MoMO-galerie_occupy-art-capital-Allan_McCollum-art-parade-romaric-tisserand-

MoMO-galerie_occupy-art-capital-lucio-fontana-Concetto spaziale-art-parade-margherita-ratti-IMG_5544

MoMO-galerie_occupy-art-capital-lucio-fontana-Concetto spaziale-art-parade-margherita-ratti-IMG_5544

MoMO-galerie_occupy-art-capital-lucio-fontana-Concetto spaziale-art-parade-margherita-ratti-IMG_5544

MoMO-galerie_occupy-art-capital-lucio-fontana-Concetto spaziale-art-parade-margherita-ratti-IMG_5544

MoMO-galerie_occupy-art-capital-lucio-fontana-Concetto spaziale-art-parade-margherita-ratti-IMG_5544

MoMO-galerie_occupy-art-capital-jean-arp-art-parade-margherita-ratti-

MoMO-galerie_occupy-art-capital-jean-arp-art-parade-margherita-ratti-

MoMO-galerie_occupy-art-capital-jean-arp-art-parade-margherita-ratti-

Allan McCollum, Jean Arp, Lucio Fontana

OCCUPY MoMO – 24.03.2012

Lundi, mars 26th, 2012

© 2012 Unknown and known Photographers, courtesy Momo Galerie

EDITION DU KIT DU MANIFESTANT DE KAROL PLICHER

HOME PAGE OCCUPY = ART – CAPITAL

KIT DU MANIFESTANT – KAROL PLICHER

Dimanche, mars 18th, 2012

Dans le cadre de l’exposition OCCUPY=ART-CAPITAL ( ART IS JUST A PARADE), L’artiste Karol Plicher a réalisé une edtion limitée pour la MoMO galerie  » Ow Kit », Kit du manifestant du futur, mi-dandy mi-activiste.

© 2012 Karol Plicher, Courtesy MoMo Galerie

OCCUPY MOMO – 24.03.2012 ( See More Pictures)

A COPY OF A COPY IS AN ORIGINAL

Mercredi, février 8th, 2012

3360 TIMES (FROM M TO O)

 

MoMO-ROMARIC_TISSERAND-Michele_didier_editions_MCF

3360 TIMES (FROM M TO O)

Avec Alban le Henry

COMING SOON - Mcf2 Michèle Didier

Opening le 28 MARS 2014

 

No photography, no painting, just lot of images. C’est ici le statut et la topographie de l’image que traverse, interroge, manipule l’œuvre 3360 TIMES (from M to O) sous sa forme cellulaire élémentaire, celle du fichier d’archive numérique.

3360 TIMES (front M to O) est constituée des quatre lettres M O M O mises en forme tel le LOVE de Robert Indiana. Œuvre fondamentalement mécanique, jouant de la réplique et de la parodie, elle rassemble dans son entièreté, l’intégralité des combinaisons et permutations possibles entre 16 couleurs choisies arbitrairement dans la charte Kodak et appliquées à la matrice des lettres. Sont générées à l’aide de ce protocole 3360 combinaisons organisées aléatoirement par ordinateur en 672 sets de 5 MOMO, 1120 sets de 3 MOMO et 3360 MOMO seuls.

3360 TIMES (from M to O) questionne le statut de l’artiste, archiviste du présent, compilateur et organisateur, dont le désir ne serait plus d’être démiurge, mais machine, confiant aux mathématiques le soin d’accomplir le geste artistique. Ces ensembles organisés ou simples unités — 5152 multiples uniques au total — sont voués à être imprimés sur toile tendue sur châssis. L’acquéreur est invité à prendre part au processus de production en choisissant ou non de réaliser physiquement l’œuvre, comme le proposait Lawrence Weiner dans Statements en 1968. L’œuvre transmise en format numérique par le biais de fichiers PDF offre ainsi la possibilité d’être réactivée de manière illimitée.

3360 TIMES (front M to O) pose distinctement la question de la reproductibilité, de la multiplicité, elle redéfinit la notion d’originalité et de la matérialité de l’œuvre. Paradoxe culturel contemporain, le LOVE de Robert Indiana annonce dès sa conception son pendant mortel le AIDS de General Idea, le VISA de Mircea Cantor prépare potentiellement au MOMO de 3360 TIMES (front M to O).

Hommage fraternel ou destruction de l’icône par absorption, le chef-d’œuvre n’existe plus désormais que par sa capacité de reproduction. Il impose l’idée que le tableau, la sculpture, l’écriture, le dessin ou la performance ne sont plus que des images qui auraient désormais leur propre destinée. Le sacre de la multitude…

www.micheledidier.com

 

 

ROMARIC_TISSERAND_MOMO_GALERIE_ROBERT-INDIANA_MICHELE_DIDIER_SET-5-134

(n° 231/ 672)
3360 TIMES (From M to O)
Edition unique 1/1 + 1 AP
5 fichiers numériques
40 cm x 40 cm
2013

ROMARIC_TISSERAND_MOMO_GALERIE_ROBERT-INDIANA_MICHELE_DIDIER_SET-5-213

(n°213/ 672)
3360 TIMES (From M to O)
Edition unique 1/1 + 1 AP
5 fichiers numériques
40 cm x 40 cm
2013

ROMARIC_TISSERAND_MOMO_GALERIE_ROBERT-INDIANA_MICHELE_DIDIER_SET-5-118

(n° 118/ 672)
3360 TIMES (From M to O)
Edition unique 1/1 + 1 AP
5 fichiers numériques
40 cm x 40 cm
2013

ROMARIC_TISSERAND_MOMO_GALERIE_ROBERT-INDIANA_MICHELE_DIDIER_SET-5-231

(n°231/ 672)
3360 TIMES (From M to O)
Edition unique 1/1 + 1 AP
5 fichiers numériques
40 cm x 40 cm
2013

ROMARIC_TISSERAND_MOMO_GALERIE_ROBERT-INDIANA_MICHELE_DIDIER_SET-5-103

(n° 103/ 672)
3360 TIMES (From M to O)
Edition unique 1/1 + 1 AP
5 fichiers numériques
40 cm x 40 cm
2013

ROMARIC_TISSERAND_MOMO_GALERIE_ROBERT-INDIANA_MICHELE_DIDIER_SET-5-239

(n° 239/ 672)
3360 TIMES (From M to O)
Edition unique 1/1 + 1 AP
5 fichiers numériques
40 cm x 40 cm
2013

ROMARIC_TISSERAND_MOMO_GALERIE_ROBERT-INDIANA_MICHELE_DIDIER_SET-3-38

(n°0038/ 1120)
3360 TIMES (From M to O)
Edition unique 1/1 + 1 AP
3 fichiers numériques
120 cm x 120 cm
2013

ROMARIC_TISSERAND_MOMO_GALERIE_ROBERT-INDIANA_MICHELE_DIDIER_SET-3-86

(n°0086/ 1120)
3360 TIMES (From M to O)
Edition unique 1/1 + 1 AP
3 fichiers numériques
120 cm x 120 cm
2013

ROMARIC_TISSERAND_MOMO_GALERIE_ROBERT-INDIANA_MICHELE_DIDIER_SET-3-115

(n°0038/ 1120)
3360 TIMES (From M to O)
Edition unique 1/1 + 1 AP
3 fichiers numériques
120 cm x 120 cm
2013

ROMARIC_TISSERAND_MOMO_GALERIE_ROBERT-INDIANA_MICHELE_DIDIER_SET-3-122

(n°0122/ 1120)
3360 TIMES (From M to O)
Edition unique 1/1 + 1 AP
3 fichiers numériques
120 cm x 120 cm
2013

ROMARIC_TISSERAND_MOMO_GALERIE_ROBERT-INDIANA_MICHELE_DIDIER_SET-3-84

(n°0084/ 1120)
3360 TIMES (From M to O)
Edition unique 1/1 + 1 AP
3 fichiers numériques
120 cm x 120 cm
2013

ROMARIC_TISSERAND_MOMO_GALERIE_ROBERT-INDIANA_MICHELE_DIDIER_SET-3-68

(n°0068/ 1120)
3360 TIMES (From M to O)
Edition unique 1/1 + 1 AP
3 fichiers numériques
120 cm x 120 cm
2013

ROMARIC_TISSERAND_MOMO_GALERIE_ROBERT-INDIANA_MICHELE_DIDIER_SET-1-20

(n°0020/ 3360)
3360 TIMES (From M to O)
Edition unique 1/1 + 1 AP
1 fichier numérique
Variable size
2013
ROMARIC_TISSERAND_MOMO_GALERIE_ROBERT-INDIANA_MICHELE_DIDIER_SET-1-18
(n°0018/ 3360)
3360 TIMES (From M to O)
Edition unique 1/1 + 1 AP
1 fichier numérique
Variable size
2013

ROMARIC_TISSERAND_MOMO_GALERIE_ROBERT-INDIANA_MICHELE_DIDIER_SET-1-49

(n°0049/ 3360)
3360 TIMES (From M to O)
Edition unique 1/1 + 1 AP
1 fichier numérique
Variable size
2013

OCCUPATION = ART – CAPITAL

Mercredi, février 8th, 2012

MoMO #005 – OCCUPY = ART – CAPITAL ( ART IS JUST A PARADE )

SAMEDI 24 MARS 2012 –  à partir de 6:30 PM

Momo galerie, Occupation, art, capital, curating agency, art parade, romaric tisserand, mustapha souvenir, vincent de hoym

SEND US YOUR  SLOGANS FOR THE PARADE to  info@momogalerie.com

MATISSE IS NOT DEAD ( MUSTAPHA SOUVENIR )
PLUS DE ROUGE SUR LES LEVRES  ( CORALIE BERGDOLL )
A BAS LES DISTRACTIONS PERMANENTES ( ANONYME )
TAKE ME OUT TONIGHT ( MORRISSEY )
ETABLIR LE DESORDRE ( ANDRE CADERE )
COME CLOSER  ( THE GIRL NEXT TO YOU )
FIND A REAL JOB  ( YOUR PARENTS )
LOVE YOUR ENEMY ( KILL YOUR FRIEND ) BIRDY NAM NAM
MAKE MORE MONET  ( PICASSO )
APRÈS LA CROUTE, IL Y A LE PUE ( THOMAS MAILENDER )
REFRESH YOURSELF  ( DELTA Airlines )
CREATIVITY IS THE POWER TO REJECT THE PAST, TO CHANGE THE STATUS QUO AND TO SEEK NEW POTENTIAL ( Ai Weiwei)

MoMO Edition – KAROL PLICHER – « OW KIT » DU MANIFESTANT ( More…)

limited edition, Momo galerie, Occupation, art, capital, curating agency, art parade, romaric tisserand, mustapha souvenir, vincent de hoym

© 2012 Karol Plicher

OCCUPY MOMO – 24.03.2012 ( See More Pictures)

Momo galerie, Occupation, art, capital, curating agency, art parade, romaric tisserand, mustapha souvenir, vincent de hoym

99  HOMEMADE  SLOGANS  FOR  A  PARADE

photograpy romaric tisserand los angeles

NOUS VOUS ATTENDONS SAMEDI 24 MARS 6:30 PM POUR OCCUPER LA MOMO

EMPLOYE(E) OF THE MONTH — THE TOMORROW PEOPLE

Dimanche, janvier 29th, 2012

THE MoMO’S NEXT EMPLOYE(E)S OF THE MONTH…


Thank you very very much to Carole Pronost from the FRAC Aquitaine for this original gift. We do love Ryan Gosling too. xxx

CONTE DE NOËL – L’ ÂME DES PLOTS

Lundi, janvier 9th, 2012

Un texte de

Em Lr x Julien Hicks

LIMITED EDITION – Catalogue Raisonné – FOSSIL ( Fallen Object )

Lundi, novembre 21st, 2011

PROTOTYPE  – FOSSIL ( FALLEN OBJECT )

Archives Fictives ( 2009-2011 )

Mission Report 6:34 AM June 19th 1974, Origine inconnue. Alliage inconnu. Lieu de décourverte : Mare Tranquillitatis, Lune.

Le statut du document photographique a évolué à tel point que, n’ayant plus accès à la source primaire, le négatif, il nous est devenu désormais impossible de croire pleinement aux images contemporaires. Nous savons que sans image, l’événement n’existe pas et qu’il se construit à travers sa représentation. La conquête spatiale a axé toute son énergie sur la représentation héroïque, sur la création de cet exploit mythique. Devant la possibilité, par sa simple existence médiatique, de la création du mythe, ces Archives Fictives récréent sur la base de photographies vintages de la NASA, l’alunissage du 18 juin 1974 de la mission Apollo 21, initialement prévu par la NASA : roches lunaires, photographies de familles trouvées, signaux récupérés par des sondes, portraits d’astronautes, matériel de survie et paysages lunaires.

FOSSIL (Fallen Object) est un objet trouvé sans origine connue.

Le prototype est le catalogue raisonné de l’intégralité de la série des Archives Fictives de l’alunissage de la mission Apollo 21 débutée en 2009 et conclue en 2011 par une série de portraits d’astronautes. Monolitique, sans marque connue, cet objet s’impose par sa masse et radicalise l’idée même d’un portfolio en coffret ou d’une édition limitée photographique.

Editions et prototype réalisés en collaboration avec Alban le Henry

Edition de 21 exemplaires + 3 EA + 1 prototype

Technical details :
99 photographies InkJet sur papier baryté
20,5 x 25,3 cm
Edition en Aluminium brossé
Signées et numérotées
3,5 kg

www.romarictisserand.com
www.albanlehenry.com

Pour toute demande ou souscription à cette édition limitée, merci de nous contacter à ces adresses

romaric.tisserand@influentculture.com
contact@albanlehenry.com


(SELECTION D’IMAGES )



www.romarictisserand.com

MoMO SPACE TRAVELERS

Dimanche, novembre 20th, 2011

MANKIND IS THE FUTURE OF SPACE

(NASA ARCHIVES) Apollo Crew 21 and Remplacement Crews

 

La MoMO présente pour sa 4eme exposition une large installation photographique d’un ensemble de 80 vintages de la conquête spatiale de la NASA ainsi qu’un parcours d’événements tout au long de la durée de l’exposition. Un Studio éphémère nous a permis d’entamer ce rêve de terrien en rejoignant l’équipage de la mission Apollo 21 et participer à la conclusion de la série des archives ficitives. Un prototype de l’édition limitée FOSSIL ( The Fallen Object ), catalogue raisonné des Archives Fictives d’Apollo 21, réalisé en collaboration avec le designer Alban Le Henry, a été présenté en avant-première lors de cette soirée.

L’exposition « Le Rêve de Laika ( Space must be the Place ) a reçu le soutien de Bruno Cordonnier de l’Atelier Surexposés pour le retirage des deux panoramiques lunaires et plus particulièrement d’Anne-Laure Dagorn dIMAG’IN Productionspour la mise à disposition du Studio HD numérique. Les combinaisons et les accéssoires originaux de l’agence Spatiale Eureopéenne et de la NASA ont été conçues et généreusement prétées parXAW (ExtrematerialWear)et Doursoux. *** Excellence Prize à Vincent de Hoÿm a.k.a.Mustapha Souvenir pour ses Mission patch et ses stickers MoMO et enfin un grand Merci à KOOK pour sa cuisine astronomique grap fruits de sandwichs volants. Special Thanks to Paul a very special assistant and Jean-François from Imag’in. Merci à Antoine Laguerre et Alban le Henry pour leur « SpacePlayList » musicale.

 

12 NOVEMBRE 2011 – 15 JANVIER 2012

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand

Romaric Tisserand, Archives Fictives, NASA, The Laika's Dream, Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand

ROMARIC TISSERAND, MOMO GALERIE, Archives Fictives, NASA, The Laika's Dream, Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserandMomo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, jérôme jerome brezillon

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand

JEROME BREZILLON, Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, jérôme brézillon

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, jérôme jerome brezillo

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, figure magazine

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, figure magazine

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, umberto napolitano, LAN architecture

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, umberto napolitano, LAN architecture

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, umberto napolitano, LAN architecture

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, umberto napolitano, LAN architecture

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, umberto napolitano, LAN architecture

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, antoine laguerre

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, antoine laguerre, jerome brezillon

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, antoine laguerre, jerome brezillon

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, antoine laguerre, jerome brezillon

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, vali

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, david wharry

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, david wharry

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, david wharry

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, melie klein

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, melie klein

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, melie klein

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, umberto napolitano, Lan architecture

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, umberto napolitano, Lan architecture

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, umberto napolitano, Lan architecture

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, umberto napolitano, Lan architecture

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, umberto napolitano, Lan architecture

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, umberto napolitano, Lan architecture

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, umberto napolitano, Lan architecture

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, umberto napolitano, Lan architecture

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, umberto napolitano, Lan architecture

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, umberto napolitano, Lan architecture

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, umberto napolitano, Lan architecture

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, umberto napolitano, Lan architecture

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, umberto napolitano, Lan architecture

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, umberto napolitano, Lan architecture

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, umberto napolitano, Lan architecture

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, umberto napolitano, Lan architecture

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, umberto napolitano, Lan architecture

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, umberto napolitano, Lan architecture

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, alban le henry

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, alban le henry

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, alban le henry

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, alban le henry

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, alban le henry

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, alban le henry

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, alban le henry

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, alban le henry

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, alban le henry

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, kook catering, bea detorri, bora

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, kook catering, bea detorri, bora

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, kook catering, bea detorri, bora

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, kook catering, bea detorri, bora

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, kook catering, bea detorri, bora

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, kook catering, bea detorri, bora

Momo galerie, NASA Patch, astronaut portrait, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, ivan vostok ivanovitch

Un grand merci à tous les voyageurs de l’espace et aux astronautes parisiens. Bon voyage entre ciel et terre…KLAATU BARADA NIKTO

BACK TO EARTH (MAIN PAGE )

BACK TO THE SHOW (EXHIBITION)

TRAVEL TO SPACE  (WWW.ROMARICTISSERAND.COM)


DANKE / THANKS

L’exposition « Le Rêve de Laika ( Space must be the Place ) a reçu le soutien de Bruno Cordonnier de l’Atelier Surexposéspour le retirage des deux panoramiques lunaires et plus particulièrement d’Anne-Laure Dagorn d’IMAG’IN Productions pour la mise à disposition du Studio HD numérique. Les combinaisons et les accéssoires originaux de l’agence Spatiale Eureopéenne et de la NASA ont été conçues et généreusement prétées par XAW(ExtrematerialWear) et Doursoux. *** Excellence Prize à Vincent de Hoÿm a.k.a. Mustapha Souvenir pour ses Mission patch et ses stickers MoMO et enfin un grand Merci à KOOKpour sa cuisine astronomique grap fruits de sandwichs volants.

Special Thanks to Paul and Jean-François from Imag’in

Merci à Antoine Laguerre et Alban le Henry pour leur SpacePlayList musicale.

2011 © All images. Romaric Tisserand


SOON


LIMITED EDITION – FOSSIL ( FALLEN OBJECT )  X   ALBAN LE HENRY

THE LAIKA’S DREAM ( SPACE MUST BE THE PLACE )

Mardi, novembre 8th, 2011

A Photographic Journey

A Project curated by Romaric Tisserand

THE LAIKA’S DREAM ( SPACE MUST BE THE PLACE )

LAUNCH TIME : 07:30:00 P.M, PARIS GMT

LAUNCH DAY : NOVEMBER, 12, 2011

LAUNCH PAD : MoMO GALERIE

RETURN ON EARTH : JANUARY, 10, 2012

MISSION DURATION : 61 DAYS IN ORBIT

OPENING, SATURDAY, 12 NOV 2011, from 7:30 PM

Momo galerie, NASA Patch, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, mustapha souvenir, vincent de hoym

BECAUSE THE MoMO HAS NO VIP CARD

BECAUSE THE MoMO IS NOT AT LA FIAC

BECAUSE THE MoMO IS FREE

BECAUSE AT THE MoMO YOU CAN COME ALONG WITH YOUR FRIENDS. ALL OF THEM

BECAUSE THE MoMO MAKES YOU FEEL GOOD

BECAUSE SPACE IS UNLIMITED

On Nov. 12th, for its forth edition, the MoMO will be presenting a large photography exhibition with 80 vintage pictures of the NASA’s Space Conquest. A series of events, surprises, talks and musical selections to come!


From NOVEMBER,12th, 2011 to JANUARY, 10th, 2012

I think of Laika, the Muscovite dog that was sent to suspension state in the far-far-away-space with the USSR Sputnik 2 capsule on November the 3rd, 1957. For a one-way trip. I think of Laika, floating in a never-ending sleep colored with dreams in this huge, endless, monochrome vastness. Somewhere in between the infinitely big, and the infinitely small.

I think of those who never returned, the Fallen Astronauts, the Lost Cosmonauts, conquistadores with burnt ships who lived, for an ever-lasting second, the inconceivable.

I think of all these men and women who, since Yuri Gagarin’s maiden trip, have freed themselves from this world’s gravity to dive way above the Kàrmàn line, in these lonesome landscapes of light and darkness.

I think of Humanity’s next exile, as a desperate escape, as an interplanetary odyssey to find a new paradise amongst black holes and exoplanets. And I think of the fictional, fantasized landscapes of the vacuum between Solaris and the inmost depths of Jupiter.

I think of Men, the unreasonable confidence they have in their ability to control an inconstant nature. Their will to win over the universal laws and elevate themselves to the sky, laid in the Mystic Power, amongst the gods.

I think of these spaceships carried by Sun winds, cruising in search of our deepest roots and of a way to postpone, again and again, our programmed final destination.

I think of all those stars that initiated the Antique men to geometry and maths – loyal vassals of our fragile power on both the known and the unknown worlds.

Laika’s Dream (Space Must Be the Place) is a tribute to these men and women, to this human quest and its story, to those eager for the empty, and to this demiurgic madness that feeds our souls since Icarus and Ulysses.

Laika’s Dream is also a tribute to Ham the monkey, Patricia and Mike, Able the macaque, Laika, Bleka and Strelka, Hector the rat, the mice Mildred and Albert, Otholith the frog, Arabella the spider, and Félicette the cat, who all preceded us.

Laika is Almost Sleeping
and Smiling to you

MoMO


Momo galerie, NASA Patch, Le rêve de laika, the laika dream, apollo mission 21, romaric tisserand, mustapha souvenir, vincent de hoym
( Jenny Holzer )
YOU’RE TRAPPED ON THE EARTH SO YOU’LL EXPLODE

( Daniel Boorstein )
LE PRINCIPAL OBSTACLE A LA DECOUVERTE DE LA FORME DE LA TERRE (…) N’A PAS ETE L’IGNORANCE MAIS L’ILLUSION DU SAVOIR

( Youri Gagarin )
I WOULD HAVE FLOWN TROUGH THE UNIVERSE FOREVER

( François Mauriac )
IL NE SERT DE RIEN A L’HOMME DE GAGNER LA LUNE S’IL VIENT A PERDRE LA TERRE



VINTAGES SCANS AVAILABLE FOR 300 dpi PRESS IMAGES ( IMAGES BELOW ) ( info@momogalerie.com)




MISSION PLAYLIST

( TO LISTEN BEFORE LAUNCH DAY, 12 NOVEMBER 2011 )

- PERRY KINGSLEY (Spooks In Space)
– GONG ( Isle of Everywhere )
– THE BEATLES ( Back in USSR / Across The Universe )
– BJÖRK ( Moon Music )
– TELEVISION ( Marque Moon )
– SPACEMONKEYZ vs. GORILLAZ ( Laika Come Home )
– MIKE BADGER and THE ONSET ( Talkin’ Space Travel Blues )
– FRANK SINATRA ( Fly me to the moon )
– J.J CALE ( If I Had a Rocket )
– DAVID BOWIE ( Space oddity / Life on Mars / I Took a trip on a Gemini Spaceship )
– CAN ( Full moon on the Highway )
– LOU REED ( Satellite of Love / Venus in Furs )
– FOO FIGHTERS ( Learn to Fly )
– APOLLO440 (Ain’t Talking Bout dub)
– PATTI SMITH ( Space Monkey )
– KEITH LEBLANC ( Major Malfunction )
– THE POLICE ( Walking on the moon)
– THE PRETENDERS ( Space invador )
– GUSTAV HOLST ( Mars, The Bringer of War )
– MOBY ( We’re All made of Stars )
– DEVO ( Space Junk )
– KRAFTWERK ( Spacelab )
– KOMPUTER ( Valentina )
– TUXEDOMOON ( New Machine )
– B-52′S ( There’s a moon in the sky / Planet Claire )
– R.E.M ( Man on the moon )
– SPACE ( Tango in Space / Magic Fly Music Video )
– BELLE ET SEBASTIEN ( A space Boy Dream )
– THE ROLLING STONES ( 2,000 Light years from home )
– MOON BIRDS ( Supernova )
– SOUND GARDEN ( Black Hole Sun )
– RADIOHEAD ( Black Stars )
– MUSE ( Supermassive Black Hole / Starlight )
– DEEP PURPLE ( Space Truckin )


(FILM ) Flight of Apollo 11 (The Eagle Has Landed) (1969)
Director: Ted Lowry
Producer: Clayton Edwards
Sponsor: NASA


Kraftwerk – Spacelab par Bodhisattva1956


The Fallen Astonaut, Apollo 15, 1st Agust 1971, Mont Hadley, Moon

monochrom’s ISS / Episode 6 / « Hit Space » from monochrom on Vimeo.


Hubble Ultra Deep Field, Showing galaxies back to near the beginning of time

L’exposition Le Rêve de Laika ( Space Must be the Place ) a reçu le soutien de l’Atelier Surexposés pour le retirage des deux panoramiques lunaires.

Commissariat : Romaric Tisserand
Mission Patch & Affiche de l’Exposition : Mustapha Souvenir
Special Thanks to Laika, Youri Gagarin, Leonov, Buzz Aldrin, Collins and Amstrong, MoMo Elloumi, les délicieuses Bea et Dora de la KOOK, Alban Le Henry, Bruno Cordonnier, Mélie Klein & Emily Lara Rosales et Miranda Salt pour leur énergie.

CATALOGUE en édition limitée hand crafted
Toutes les images sont issues de la collection personnelle de Romaric Tisserand
© All Images National Aeronatics and Space Administration (NASA)
PRESS IMAGES, Please info@momogalerie.com


ABOUT MoMO Galerie

A NEW TOPOGRAPHY OF THE EXHIBITION SPACE

MoMO Galerie is a non-profit artistic and curating project, installed in the window of Mohamed Elloumi’s electrical supplies shop at 26 rue Beaurepaire 75010 in Paris.

By deploying exhibition projects in a shop window  (1.20 wide x 1.80 m high), MoMo Gallerie will be pursuing a practice of constant interference, and questioning the topography of the traditional “white cube” exhibition space and what can or should be shown to the public.

Each single piece shown in this permanent, 24/7 exhibition space will act as the portal and departure point for an exhibition continuing in digital space on the gallery’s website.

THE EXHIBITION IS A CEREBRAL SPACE

The exhibition is no longer restricted to the physical space available and its constraints (transport, loans, insurance, conservation), but in direct synergy with its environment.

Each MoMo Galerie exhibition will be a collaboration, an invitation for an artist or curator to show, develop or defend a project or point of view. 26 rue Beaurepaire, 75010 Paris, will remain MoMo Galerie’s permanent, 24/7 base during its forays in other shop windows all over the world.

This project would never have been possible without Mohamed Elloumi’s unfailing support.

MoMO Galerie is co-directed by Romaric Tisserand and Margherita Ratti.

to be informed of the next exhibtion, please join our mailing list

Follow us on Facebook

www.momogalerie.com

MoMOTHINK WRONG TO BE RIGHT


MoMOTHINK WRONG TO BE RIGHT

[Contact] [Crédits] [Links] [About MoMO]

MoMO Galerie

Dimanche, octobre 23rd, 2011

momo galerie projects fro kids by romaric tisserand

PIECE OF CAKE !

Merci à tous les petits monstres de l’espace venus du fin fond de l’espace, Ida, Livia, Avrile, Rose, Bettina, Oscar, Omar, Jackson, Michelangelo, Leone, Marcello, Alban, Ambroise pour nous transmettre leur culture extra-terrestre, dessins de galaxies lointaines et d’étranges vaisseaux spatiaux.

Buzz a décollé avec Discovery le 31 mai 2008 pour rejoindre l’ISS et est revenue sur terre 15 mois plus tard le 11 Septembre 2009 revoir Woody

Merci à Farrah pour cette sublime vidéo, Merci à MoMO pour nous laisser
vider sa cave et customiser à la pâte à modeler son atelier,
Merci au Champagne pour avoir amené Coralie.
Ivan Vostok Ivanovitch

LE RÊVE DE LAIKA ( SPACE MUST BE THE PLACE)

Samedi, septembre 24th, 2011

A Photographic Journey

LE RÊVE DE LAIKA ( SPACE MUST BE THE PLACE )

LAUNCH TIME : 07:30:00 P.M, PARIS GMT

LAUNCH DAY : NOVEMBER, 12, 2011

LAUNCH PAD : MoMO GALERIE

RETURN ON EARTH : JANUARY, 10, 2012

MISSION DURATION : 61 DAYS IN ORBIT

 

VERNISSAGE, SAMEDI 12 NOVEMBRE 2011, à partir de 19h30

PARCE QUE LA MoMO N’A PAS DE VIP CARD

PARCE QUE LA MoMO N’A PAS DE STAND A LA FIAC

PARCE QUE LA MoMO EST GRATUITE

PARCE QU’A LA MoMO TU PEUX ARRIVER AVEC PLEINS D’AMIS

 

PARCE QU’A LA MoMO FAIT DU BIEN

PARCE QUE L’ESPACE EST INFINI

La MoMO présentera pour sa 4eme exposition le 12 novembre prochain une large installation photographique d’un ensemble de 80 vintages de la conquête spatiale de la NASA ainsi qu’un parcours d’événements tout au long de la durée de l’exposition.

Un Studio éphémère vous permettra d’entamer ce rêve de terrien en rejoignant l’équipage de la mission Apollo 21et participer à la conclusion de la série des archives ficitives. Un prototype de l’édition limitée FOSSIL, catalogue raisonné des archives fictives, réalisé en collaboration avec le designer Alban Le Henry, ser présenté en avant-première lors de cette soirée.

La MoMO présente pour sa 4eme exposition une large installation photographique d’un ensemble de 80 vintages de la conquête spatiale de la NASA ainsi qu’un parcours d’événements tout au long de la durée de l’exposition. Un Studio éphémère nous a permis d’entamer ce rêve de terrien en rejoignant l’équipage de la mission Apollo 21 et participer à la conclusion de la série des archives ficitives. Un prototype de l’édition limitée FOSSIL ( The Fallen Object ), catalogue raisonné des Archives Fictives d’Apollo 21, réalisé en collaboration avec le designer Alban Le Henry, a été présenté en avant-première lors de cette soirée.

L’exposition « Le Rêve de Laika ( Space must be the Place ) a reçu le soutien de Bruno Cordonnier de l’Atelier Surexposés pour le retirage des deux panoramiques lunaires et plus particulièrement d’Anne-Laure Dagorn dIMAG’IN Productionspour la mise à disposition du Studio HD numérique. Les combinaisons et les accéssoires originaux de l’agence Spatiale Eureopéenne et de la NASA ont été conçues et généreusement prétées parXAW (ExtrematerialWear)et Doursoux. *** Excellence Prize à Vincent de Hoÿm a.k.a.Mustapha Souvenir pour ses Mission patch et ses stickers MoMO et enfin un grand Merci à KOOK pour sa cuisine astronomique grap fruits de sandwichs volants. Special Thanks to Paul a very special assistant and Jean-François from Imag’in. Merci à Antoine Laguerre et Alban le Henry pour leur « SpacePlayList » musicale.

12 NOVEMBRE 2011 – 15 JANVIER 2012

12 NOVEMBRE 2011 – 10 JANVIER 2012

LE RÊVE DE LAÏKA ( SPACE MUST BE THE PLACE )

Sur une proposition de Romaric Tisserand

Je pense à Laika, cette petite chienne moscovite envoyée en suspension dans les tréfonds de l’espace le 3 novembre 1957 pour un voyage sans retour dans sa capsule Spoutnik 2.  Je pense à Laika qui dort d’un sommeil aux éternels rêves colorés dans cette immensité monochrome, perdue entre l’infiniment grand et l’infiniment petit.  Je pense à tous ces Fallen Astronauts et ces Losts Cosmonauts, premiers conquistadors aux navires brûlés qui ont vécu, le temps d’un instant, l’inconcevable.

Je pense à toutes ces étoiles qui ont élevé les hommes antiques à la géométrie et aux mathématiques – fidèles vassaux- de leur pouvoir fragile sur le monde connu et inconnu.

Je pense à cette confiance folle des hommes dans leur maîtrise de cette nature inconstante, à ce désir d’apprivoiser les lois universelles pour s’élever vers le ciel, découvrir leurs origines et baigner dans le mystère des puissances divines.

Je pense à tous ces hommes et ces femmes qui, depuis le vol inaugural de Youri Gagarin, se sont extraits de la gravité de ce monde pour plonger au dessus de la ligne de Kàrmàn, dans ces paysages solitaires et fantasmés.  Je pense à notre prochain exil, à cette fuite désespérée entre trous noirs et exoplanètes, ultime odyssée interplanétaire à la quête du prochain éden. “Le Rêve de Laika ( Space Must be the Place )“ rend hommage à ces hommes et ces femmes ivres de vide, envahis par cette folie démiurgique qui nourrit nos âmes depuis Icare.

Une installation photographique d’un ensemble de 80 photographies vintages de la conquête spatiale sera exposée à la MoMOGalerie. Un studio éphémère vous permettra d’entamer ce rêve de terrien en rejoignant l’équipe de la mission Apollo 21 et concluant ainsi la série photographique des Archives Fictives.

Un prototype de l’édition limitée FOSSIL, catalogue raisonné des Archives Fictives réalisé en collaboration avec le designer Alban Le Henry, sera présenté en avant-première lors de cette soirée.

Laika is Almost Sleeping

and Smiling to you

MoMO

( Jenny Holzer )
YOU’RE TRAPPED ON THE EARTH SO YOU’LL EXPLODE
( Daniel Boorstein )
LE PRINCIPAL OBSTACLE A LA DECOUVERTE DE LA FORME DE LA TERRE (…) N’A PAS ETE L’IGNORANCE MAIS L’ILLUSION DU SAVOIR
( Youri Gagarin )
I WOULD HAVE FLOWN TROUGH THE UNIVERSE FOREVER
( François Mauriac )
IL NE SERT DE RIEN A L’HOMME DE GAGNER LA LUNE S’IL VIENT A PERDRE LA TERRE

 

VINTAGES SCANS AVAILABLE FOR 300 dpi PRESS IMAGES ( IMAGES BELOW ) ( info@momogalerie.com)

 

MISSION PLAYLIST

( TO LISTEN BEFORE LAUNCH DAY, 12 NOVEMBER 2011 )

- PERRY KINGSLEY (Spooks In Space)
– GONG ( Isle of Everywhere )
– THE BEATLES ( Back in USSR / Across The Universe )
– COLIN STETSON ( The Stars in his Head – Dark Lights Remix )
– BJÖRK ( Moon Music )
– TELEVISION ( Marque Moon )
– SPACEMONKEYZ vs. GORILLAZ ( Laika Come Home )
– MIKE BADGER and THE ONSET ( Talkin’ Space Travel Blues )
– FRANK SINATRA  ( Fly me to the moon )
– GIL SCOTT-HERON ( Whitey on the moon )
– J.J CALE ( If I Had a Rocket )
– DAVID BOWIE  ( Space oddity / Life on Mars / I Took a trip on a Gemini Spaceship )
– CAN ( Full moon on the Highway / Cascade Waltz )
– LOU REED ( Satellite of Love / Venus in Furs )
– FOO FIGHTERS ( Learn to Fly )
– PHILIP GLASS ( Koyaanisqatsi )
– APOLLO440 (Ain’t Talking Bout dub)
– PATTI SMITH ( Space Monkey )
– KEITH LEBLANC ( Major Malfunction )
– THE POLICE  ( Walking on the moon)
– THE PRETENDERS ( Space invador )
– GUSTAV HOLST ( Mars, The Bringer of War )
– MOBY ( We’re All made of Stars )
– DEVO ( Space Junk )
– KRAFTWERK ( Spacelab )
– KOMPUTER ( Valentina )
– TUXEDOMOON ( New Machine )
– B-52′S ( There’s a moon in the sky / Planet Claire )
– R.E.M ( Man on the moon )
– SPACE ( Tango in Space / Magic Fly Music Video )
– BELLE ET SEBASTIEN ( A space Boy Dream )
– THE ROLLING STONES ( 2,000 Light years from home )
– MOON BIRDS ( Supernova )
– SOUND GARDEN ( Black Hole Sun )
– RADIOHEAD ( Black Stars )
– MUSE ( Supermassive Black Hole / Starlight )
– DEEP PURPLE ( Space Truckin )

 

(FILM ) Flight of Apollo 11 (The Eagle Has Landed) (1969)
Director: Ted Lowry
Producer: Clayton Edwards
Sponsor: NASA

Kraftwerk – Spacelab par Bodhisattva1956

The Fallen Astonaut, Apollo 15, 1st Agust 1971, Mont Hadley, Moon


Star Treck TV stills – ( Pictures on the wall )

Hubble Ultra Deep Field, Showing galaxies back to near the beginning of time

L’exposition Le Rêve de Laika ( Space Must be the Place ) a reçu le soutien de l’Atelier Surexposés pour le retirage des deux panoramiques lunaires.
Commissariat :Romaric Tisserand
Mission Patch & Affiche de l’Exposition : Mustapha Souvenir
Special Thanks to Laika, Youri Gagarin, Leonov, Buzz Aldrin, Collins and Amstrong, MoMo Elloumi, les délicieuses Bea et Dora de la KOOK, Alban Le Henry, Bruno Cordonnier, Anne-Laure Dagorn, Mélie Klein & Emily Lara Rosales et Miranda Salt pour leur énergie. Mes remerciements également à Bob Suard ( XAW ) et Martine Doursoux pour leur disponibilités et le prêt du matériel.
CATALOGUE en édition limitée hand crafted
Toutes les images sont issues de la collection personnelle de Romaric Tisserand
© All Images National Aeronatics and Space Administration (NASA)
PRESS IMAGES, Pleaseinfo@momogalerie.com

 

ABOUT MoMO Galerie

NOUVELLE TOPOGRAPHIE DE L’ESPACE D’EXPOSITION

La MoMO Galerie est un projet artistique à but non lucratif installé dans la devanture d’un magasin de fourniture électrique, ouverte au regard 24h/24h, à Paris au 26, rue Beaurepaire 75010.

Déployant ses projets d’expositions dans la vitrine de cet espace commercial (1,20 m de large par 1,80 m de haut), la galerie souhaite stimuler la pratique du parasitage permanent, renouer avec les interrogations liées à la topographie de l’espace d’exposition traditionnel du white cube et de ce qui peut ou doit être montré au public.

Dans cet espace permanent, chaque pièce physiquement présentée dans la vitrine du magasin sera un point de départ dont le propos sera finalisé sur le site de la galerie.

DÉMOCRATISER L’ACCÈS À LA CULTURE

Le projet de la MoMO Galerie n’est pas de démocratiser l’art pour un public plus large mais bien au contraire de démocratiser son accès au plus grand nombre sur la mode de la contamination et du parasitage de lieux non dédiés à la création comme la vitrine d’un magasin de fournitures éléctriques.
La clé de la promotion de la culture réside dans cette capacité à envahir les espaces publics et consuméristes sous la forme les plus innovantes, explorer et stimuler la curiosité de tous afin que chacun se l’approprie. La culture est partout : dans nos assiettes, sur le Net, dans les livres, dans la rue, dans nos têtes.

La MoMO se situe au 26, rue Beaurepaire, 75010 à Paris

L’EXPOSITION EST UN ESPACE MENTAL

Le lieu d’exposition n’est plus réduit à l’espace mis à disposition et à ses contraintes (transport, prêt, assurance, conservation) mais à sa résonance directe avec son environnement.

Axée sur une logique de collaborations, chaque exposition de la MoMo Galerie sera une invitation à un commissaire, un artiste, un architecte ou un écrivain à venir dérouler, défendre, exposer des projets artistiques ou des utopies urbaines.

La MoMO galerie réside au 26, rue Beaurepaire, 75010 Paris. Elle en fera son lieu de résidence permanent tout au long de ses voyages dans les vitrines du monde entier.

Elle est ouverte 24h/24h

Ce projet n’aurait pas été possible sans le soutien indéfectible de Mohamed Elloumi.

La MoMO Galerie est portée par Romaric Tisserand et Margherita Ratti.

 

 

 

to be informed of the next exhibtion, please join our mailing list

Follow us on Facebook

 

www.momogalerie.com

 

MoMOTHINK WRONG TO BE RIGHT

 

 

MoMOTHINK WRONG TO BE RIGHT

[Contact][Crédits][Links][About MoMO]

 

MoMO Galerie

GARGANTUA CITY ( Architectures Comestibles )

Samedi, mai 21st, 2011

PERFORMANCE

 » Al Comer el Cake « de Arles Iglesias, 2 juillet à 20h30


MoMO #3 – GARGANTU
A CITY ( Architectures Comestibles )
2 juillet – 30 septembre 2011

(
PHOTOS Performance & Vernissage)


Momo galerie, gargantua city, arles iglesias, romaric tisserand


Momo galerie, gargantua city, arles iglesias, romaric tisserand

Momo galerie, gargantua city, arles iglesias, romaric tisserand

( Performance durant le vernissage de l’exposition » Gargantua City (Architectures Comestibles) » / artiste : Arles Iglesias, « Al Comer el Cake », 2 juillet 2011, MoMO Galerie © ( More photos )

Momo galerie, gargantua city, arles iglesias, romaric tisserand, AES Guggenheim salomon NYC, Islamic Project

(installation de l’exposition) AES, Islamic Project NY Guggenheim, 2006 ink-jet prints on canvas, 1997, format 89 x 130 cm.

Momo galerie, gargantua city, arles iglesias, romaric tisserand, Robert_Morris_Gardens_Compulsory_Exercise

(installation de l’exposition) Robert Morris, The Gardens of Compulsory Exercise, 1979, Planche X, Héliogravure à ggrains sur velin

Texte de Romaric Tisserand

RUINS ARE JUST BUILDINGS

BUILDINGS ARE JUST RUINS

J’ai toujours aimé manger. Par faim, par curiosité aussi mais surtout par passion je pense. Adolescent, j’étais pris d’une faim dévorante à temps plein, d’une insatisfaction permanente à remplir ce corps déjà proche de la toise bimétrique. J’aurais mangé des maisons et des villes entières si j’avais pu : de grands toasts de briques rouges aux oeufs de lampe, des baguettes entières de béton armé trempées dans du miel, des boiseries de chêne fumées en antipasti, du verre finement pilé dans une glace au rhum-raisin. Voilà seulement ce qui aurait pu me rassasier à ce moment là. C’était un rêve qui me faisait baigner dans une culpabilité veloutée, un écart presque régressif au régime de pains de poissons maternels et de lamproie à la bordelaise.

De ce goût hétéroclite pour la coupe et le plan, j’ai longtemps aimé le goût sirupeux des gâteaux colorés Memphis, les pièces-montées en nougatines d’Archizoom et les grandes étendues de sucre glace du Superstudio. J’aimais goûter chacune de ces saveurs qui n’emmenaient loin du goût fade et pâteux du quadrilatère calcaire qui remplissait les perpectives de ma cité.

Garguanta City est l’histoire d’une ville pensée comme un festival de projets imaginaires et radicaux, un plan de table avec une infini de perspectives à manger, un florilège de ruines. De l’utopie radicale des architectures des 70′s aux JunkSpaces de Rem Koolhaas qui ont conquis notre planète, cette intervention bétonnée propose de parcourir, en mangeant à pleine plâtrée, chaque étage/strate de la cité contemporaine, de s’interroger sur la ville comme lieu d’investigation artistique et de décompter les ruines volontaires que nous laisserons aux générations futures. Le monde est une grande ruine en sursis. Future is Stupidh.

Imaginer une autre logique pour remplir un monde si rempli. Peut-être que notre plus grande tristesse a été de découvrir que les grandes utopies sont devenues réalisables dans ce monde complètement opérationnel.

L’architecture mange le monde et un monde sans utopie ne mérite pas d’être mangé.

Cette exposition est un holo-gramme Miam Miam

A gelly hologram…

A gelly Miam Miami…

avec Le Corbusieur en Jean-Pierre Coffe et Zaha Hadid en Maité

Gustave Doré, illustration de la Vie inestimable du Grand Gargantua, 1873

Momo galerie, gargantua city, arles iglesias, romaric tisserand, Robert_Morris_Gardens_Compulsory_Exercise

RECETTE DU JOUR – La « CRÊME CHANTIER »

- 40 kilos grammes de sable fin
- 3 kilos de salpêtre
- Rajouter 7 litres d’eau
- Mettre à tourner en position 4
- Rajouter une pincée de gravier
- Laisser monter en neige carbonique
- Faites couler dans votre salon

POSTER DE L’EXPOSITION ©

Momo galerie, gargantua city, arles iglesias, romaric tisserand, poster exhibition

FUTURE IS GOD

PRAY CASH

L’auteur Sarah Deyong cite un extrait du sociologue René Lourau  tiré de son ouvrage « contours d’une pensée critique nommé urbanisme » de 1967 en introduction de son texte sur la collection de dessins de Howard Gilman « Memories of the urban Future : The rise and fall of the Megastructure ».

Je le reprends in extenso (en anglais dans le textes) tant il offre pour moi une vision claire de la matrice des utopiques où les mouvements radicaux des années 70’s s’engouffreront : « When the imagination surpasses the limits permitted by the institution of culture, one speaks of poésie, utopia. When critical thought attains and surpasses its limits (which are much more severe than those of the imagination), one speaks of deviance, folly, a critical error, an overly theoretical system, a free-floating vision, etc. When the event attains and surpasses the limits permitted by the law, one speaks of revolution. Or of histories for daydreaming. »

Chaque effort pour prédire le futur est un échec.

Chaque effort pour changer le présent est une utopie.

Chaque architecture utopique n’est finalement que la question de savoir où finit la Ville et où commence le Monde.

Yona Friedman, Ville Spatiale au dessus de Paris © Yona Friedman


( LUNCH BREAK CITY )

( DEJEUNER SUR L’HERBE )

Liudmila & Nelson, Almuelzo en la Hierba, Absolut Revolucion, 2002-2004

Alternatives à un présent trop immédiat, héritage d’un futur trop désiré ou simple outil d’émancipation, les architectures utopiques ont catalysé en leur sein un souffle qui balaye l’histoire, convoquant l’irrationnel et esquissant des mondes prêt à penser pour de nouvelles consciences. Le siècle qui vient de s’éc(r)ouler a été fécond en utopies aux taux de mortalité proportionnels aux espérances que l’on avait pu fonder en elles. L’architecture du XXeme siècle, témoin immédiat de son temps, s’était emparée de cette matrice pour construire un monde où chacun, et donc tous, serions heureux à en crever à tout jamais. Tout comme les architectures fascistes et collectivistes ou le park à thème au ciel bleu de Coney Island, le fantasme régressif nous inonde.

Les utopies ont cela de charmant qu’elles sont totalement désinhibées, ambitieuses, radicales et violentes comme l’amante désirée. Ses pronostics brillent de leur absence et de leur impossibilité de traiter avec l’existant. Rien ne lui exige plus que d’exister telle una cosa mentale. Il n’y a pas de camp à choisir ni d’ennemis à abattre. C’est la notion d’engagement dans l’espace public, de l’engagement dans un renouveau parfois destructeur, qui priment. De nombreux architectes et d’artistes visionnaires tels que les Egyptiens, Louis-Etienne Boulée, Le Corbusier, Richard Buckminster Fuller, Yona Friedman, Christo et Jeanne-Claude, le groupe Superstudio, Memphis ou Archizoom, pour les plus récents, avaient compris que les utopies étaient les derniers paradis où l’on ne pouvait être chassé.

Drop city, Superpolis, No-stop city, the city of the captive globe, Labyrinth City, Re-ruined Hiroshima, Continious Monument, Gargantua city…

Archizoom / Aerodynamic City

Buckminster Fuller, Dome Over Manhattan Island,1954 © Buckminster Fuller Foundation

Le Corbusier organisait en 1925 avec le Plan Voisin la destruction du centre de Paris en concentrant la population dans des gratte-ciels cruciformes, futurs prisonniers volontaires d’une architecture radicale :  » je reve de voir la place de la Concorde vide, solitaire, silencieuse et les Champs-Elysées une promenade, Le Quartier du Marais, Des Archives, Du Temple seraient détruits mais les églises anciennes sauvegardées au milieu des verdures »

Le Corbusier, Plan Voisin, 1925

Gianni Pettena, Ice House II, (1972)

( OPEN SOURCE CITY )

( LA DIGESTION DES UTOPIES )

Erwim Wurm, Fat House, Instalation, Art Basel Installation


Face à l’imminence d’un monde en pénurie de réalité et totalement opérationnel, l’utopie semble être devenue un exercice inopérant, impropre à expliquer les volontés de rupture, les envies compulsives de tabula rasa. Le désir, ce grand magnétiseur de volontés à transformé la pratique du fil à plomb en formule, en programmes certifiables où les bâtiments sont des machines, de gigantesques chaines de production de saucisses Knacki.

Les architectures utopiques n’ont plus droit de cité dans un monde soumis aux principes d’opérationalité totale où le centre se déplace chaque matin au gré des vents médiatiques, où la ville s’étend sur toute la surface du globe et les bâtiments se dégustent comme des BIG BABA au rhum. D’une seule grande bouchée à la Reine.

Rome l’Eternelle n’a jamais autant inspiré en ruines. La Sagrada Familia inachevée offrait encore tellement d’espaces inoccupés à investir. Une fois couverte et consacrée, La S.F n’est plus qu’un grand tas de sable mouillé, d’îles flottantes sans désir. Elles existaient comme utopie, les voilà devenue monument. Si Rome avait été préservée sous une couche de cendre et redécouverte intacte il y a un siècle, elle ne serait qu’un simple monument et non pas cette fantastique machine à fantasme qu’elle est et restera pour les 24 prochains millénaires de notre ère. Toujours avec cette idée de l’origine, des temps anciens fondateurs, des sages, de la perspective.

Mais que savent les pierres de l’amour ?

Erenesto Neto, Anthropodino, Installation © Ernesto Neto

Los Angeles n’est pas la mégapole sombre et pluvieuse imaginée par Ridley Scott dans Blade Runner en 1982, le stuc de Las Vegas et de Dubaï ont réduit le futur aux versions aromatisées d’une cuisine internationale pour tous les goûts.

Telle la Matrix dictant ces formules de croissance au réseau, la radicalité se dilue dans l’exploit, le geste dans le monumental, le plan dans la prolifération et nous voilà baignant extactique durant notre séance quotidienne de Ludovico Thérapie.

Amnésie
Ajustement
Accomplissement
Propagation
Croissance
Structure
Cartographie
Modélisation
Densité
Uniformisation
Fractionnement
Générique
Continue
Prélèvements automatiques et
Abonnements non résiliable

THE MASTERPLAN

LA VILLE  MATRICE

Los Carpinteros ( Cuidad Transportable), Installation Biennale de la Habana, 2000 © Les Artistes

Romaric Tisserand, Documents, Sin City Blues, 2010

la ville contemporaine serait comme un festival où les pélerins erraient à la recherche d’une carcasse à dévorer.
La Truelle comme cuillère d’or
La ville comme futur, le futur comme plan infini
le droit de s’inviter dans l’existant tout en la réinventant, la digérant.
La faim dans la ville, « Macadam Cowboy »

Kader ATTIA, Skyline, 2007. Réfrigérateurs, peinture noire et tesselles de miroirs, galerie Anne de Villepoix, Paris

Franc!s Alÿs, Green Line, « Sometimes doing something poetic can become political and sometimes doing something political can become poetic« ,  4 – 5 juin 2004 à Jérusalem

Liudmila & Nelson, Absolut Revolucion Project, 2001

GARGANTUA AVENUE ( DEEP THROAT )

FUTURE IS SO GOOD

PLEASE, BUY MORE

Ce vide silencieux délaissé par les utopies a été récupéré par l’univers autoritaire des marques et des marchandises créatrices des mythes modernes : Apple, Facebook, Gap, Ray-Ban opérent un futur positiviste et intégré autour de leurs produits, nouveaux veau d’or d’un société qui ne serait plus rêver. Le principe de contestation utopique a été remplacé par le champ générique de l’écologie et de la préservation d’un monde que nous aurions dévasté et qui comme le ciel bleu ne supporte aucune contradiction.

Andreas Gursky, Prada III, 1998, C-Print, 177 x 307 x 6 cm, Goetz Collection, Munich

(installation de l’exposition) Pelle à Tarte Philippe Stark & Lego Guggenheim

Momo galerie, gargantua city, arles iglesias, romaric tisserand, mustapha souvenir, vincent de hoym

(Affiche de l’exposition) réalisée par Mustapha Souvenir


GENERIC CITY

La faim m’a quitté depuis. Trop de Bigness/BigMac sûrement, trop de Junkspace/Junkfood, trop d’empilement, trop de virtualité, de furtivité peut-être et plus du tout de scénario. Rien. Rien que des étendues de réseaux et de hubs pour que la ville enfin s’étende comme un virus. Plus que des utopies d’une à l’échelle du monde où l’image de l’objet architectural existerait pour sa capacité à se propager. La fonction a laissé la place à la forme, la forme à l’objet sculptural, l’objet sculptural au Monument, autant de pièces montées que j’entamerais avec une grande cuillère à dessert.

Hégémonie de la prolifération et du tout possible, il n’y aurait plus de volonté de dépassement car plus rien ne serait alors impossible à réaliser.

Sans cette dualité, il n’y aurait plus d’origine ( d’où l’on vient ) et de finalité ( où l’on veut aller ). La cité ne serait plus productrice de scénarii dans un monde de la tolérance totale où toute les valeurs se sont diluées, bercé dans la promiscuité, le multiculturalisme, les grandes étendues. Rem Koolhaas parle d’espaces génériques, d’endroits où l’on serait alors partout chez soi, où l’on mangerait partout ce que l’on souhaite : machines célibataires, virtuelles, fluxs continus, architecture de la disparition, archipels urbains, reliefs éphémères, plug-in to plug out.

A – Générique = Consommation = Pollution
B- Junkspace / Junkfood  +  Penser les échelles  +  Façadisme
C- le simulacre qui voudrait triompher du réel

RMB City, Cao Fei ( China Tracy), 2004-2011 © RMB


LA BRIQUE COMME UNITÉ DE PENSÉE

Comme Saturne, j’avale sans sourciller mon ladrillo de terre. Patisserie un peu sèche au premier abord, elle revêt la saveur acidulée de toutes ces petites patissereries cuites méditerranéennes. Croquant et parfumé à la fois. Il constitue la base même de chaque recette, de tout régime architectural diététique et bio. Tout comme le blé ou le mais dans le monde profane, il était impossible de réussir aucune des recettes au fil à plomb sans la brique rouge ou le parpaing gris. Ils sont l’unité de pensée de chaque bâtiment, de chaque monument, de chaque édifice, chaque pierre de l’édifice.

Momo galerie, gargantua city, arles iglesias, romaric tisserand, mustapha souvenir, vincent de hoym

Arles Iglesias, Dulces, photography, 2004 © Arles Iglesias ( installation de l’exposition )

Santiago Sierra, « 300 Tonnen, 300 tons », 2004, Kunsthaus Bregenz


LA RUINE VOLONTAIRE


Buster Keaton, Fun House, One Week,1920

RUINS ARE JUST BUILDINGS

BUILDINGS ARE JUST RUINS

Il y a un temps pour construire et un temps pour détruire. Dessiner, construire et détruire….la trilogie universelle. Qu’est ce qui aurait le droit d’exister pour toujours si l’on pense que La tour Effeil est une ruine que l’on a oublié de la détruire ? Les ruines sont l’experience la plus complète de l’histoire des hommes. Elles portent en elles-mêmes la contradiction entre l’idée d’un passé linéaire et la transformation permanente projetée comme l’idée d’un futur. C’est la même intention dans celle de détruire comme celle de préserver. C’est l’idée de la mémoire. Rome l’Impériale n’aurait jamais pu autant inspiré si elle n’avait pas été en ruine. Les ruines montrent autant qu’elles ne cachent et posent la question de savoir quand est-ce que se finit une architecture.

Les Buildings-Cuts de Gordon Matta-Clark

Ruines / L’Anti-Momument / Déconstruction

Anarchitecture

Gordon Matta-Clark, Splitting, 1974


RESPONSE TO COSMETIC DESIGN

COMPLETION THROUGH REMOVAL

COMPLETION THROUGH COLLAPSE

COMPLETION THROUGH EMPTINESS


Gordon Matta-Clark, Bronx Floors, 1972-73

TO BUILD AN HOUSE,

START WITH THE ROOF

(FRANZ WEST)


General Idea – The Ruins of the 1984 Miss General Idea Pavilion (1977)

CELÉBRER LE CHAOS

Koudlam, Goodbye, Cover album © 2010

Doris Salcedo 2007 « Shibboteth »  /  Uniliver Serie – TATE Modern


LE MOULE ( À GAUFFRE )

Manhole from Chandighar, Le Corbusier, 1951

Rachel WhiteRead, House, 1994


THE STARVING ARCHITECT

(EVERY NIGHT MY MUM MADE A CAKE)

« Lemonade Igloo » (detail), Scarlett Hooft Graafland

Autant que s’en souviennent les hommes, le premier gourmet a s’être adonné au plaisir de ce haut péché culinaire fut Saturne à qui l’on fit manger sa première pierre langée en lieu et place de son jeune fils Zeus. Nourrir le corps, assumer la transmutation, voilà le secret du ventre de l’architecte pour devenir immortel. La vie se nourrit de la mort comme les architectes se nourrissent des ruines. Les ruines comestibles me semblent un bon départ de travail, d’envisager leur disparition dans mon estomac pour revenir à une échèlle humaine de la ville, celle de la bouche…Le futur est à manger.

Je pense aux immenses ziggourats à tronçonner à la scie circulaire, aux larges avenues en tiramisu à entamer au tractopelle à tarte, à tous ces musées en gelé à gober, à ces mégalopoles infinies sur le globe à engloutir avec des gâteaux secs. Je pense aux moules à gauffre « Chandighar » de Le Corbusier (1951), aux maisons de pains de sucre de Rachel Whiteread qui son le bonheur du Godzilla. Je pense à mon estomac qui crie famine.

Kader Attia, Kasbah (Ghardaia), 2009, Installation au CCC © Kader Attia

Nourrir le corps : la transmutation

La vie se nourrit de la mort. Comment devenir immortel en mangeant des choses qui vont mourir ?

Revenir à une échèlle humaine de la ville, celle de la bouche…

Wei Wei, Tea House, 2009

EVERY night my mum made a cake…

LE FUTUR A MANGER

Comestible Architecture

ZIGURRAT

(Cyprien Gaillard & Koudlam Cover )

Voiture- chocolat

Cake

Ruines Volontaires comme l’ultime communition avec la nature ( ANDREAS )

Chara l’histoire d’un immeuble qui voulut devenir montagne

TROLL,

The building who wanted to be a mountain

The walking building

COLOR BAR LAB.

KOROVO Milk Bar Snack

La RUINE PERMANENTE et Universelle     ———–TCHERNOBYL ——–

THE APOCALYPSE NEVER GOES OUT WITHOUT A CERTAIN STYLE

L’avantage de l’Apocalypse sur l’histoire ne serait-il pas sa faim. Face au triomphalisme de l’utopie = an ENDLESS SUNSET, l’apocalypse nous libère.

Hiroshima,

NASDAQ Jaca,

———–TCHERNOBYL ———–

WTC ———

Je n’ai pas d’autre solution pour entamer cette discussion que de reprendre la citation de  ( Walter Benjamin, On the concept of illusion, 1940 )

que Sébastien Pluot réserva dans son texte d’introduction à l’oeuvre de Cyprien Gaillard dans le catalogue de l’exposition Landscope en 2008 à la Galerie Thaddaeus Ropac

 » Là où nous apparaît une chaîne d’événements, ( L’Ange de L’histoire) ne voit lui qu’une seul et unique catastrophe, qui sans celle amoncelle ruine sur ruine et les précipitent à ses pieds. (…) du Paradis souffle une tempête (…) qui le pousse irrésistiblement vers l’avenir auquel il tourne le dos, tandis que le monceau de ruines devant lui s’èleve jusqu’au ciel. Cette tempête est ce que nous appelons le progrès.

Theorie du Chaos

Recette du jour

Le « GATEAU  POTEAU »

 » Faire, sans savoir completement ce que l’on fait, c’est se donner une chance de découvrir dans ce que l’on a fait quelque chose que l’on ne savait pas…  »

( Pierre Bourdieu, Le Bon Plaisir )

Un monde sans utopie ne mérite pas d’être mangé…..

Rôt

Romaric Tisserand

Paris, le 2 juillet 2011

Momo galerie, gargantua city, arles iglesias, romaric tisserand, mustapha souvenir, vincent de hoym

Momo galerie, gargantua city, arles iglesias, romaric tisserand, mustapha souvenir, vincent de hoym

NICE TO EAT YOU

Momo galerie, gargantua city, arles iglesias, romaric tisserand, mustapha souvenir, vincent de hoymMomo galerie, gargantua city, arles iglesias, romaric tisserand, mustapha souvenir, vincent de hoymMomo galerie, gargantua city, arles iglesias, romaric tisserand, mustapha souvenir, vincent de hoymMomo galerie, gargantua city, arles iglesias, romaric tisserand, mustapha souvenir, vincent de hoym

(Affiches de l’exposition réalisées par Mustapha Souvenir pour la MoMO Galerie


PIECES OF EVIDENCE ( Today Clothing, Tomorrow Buildings )

Jeudi, mars 31st, 2011

( installation de la vitrine /  King and Queen », Spring / Summer1999, Laser cut / Issey Miyake et Dai Fujiwara )

PIECES OF EVIDENCE: Today clothing, Tomorrow buildings is an exhibition that holds the public in the balance, in a dialogue between experimental works from different periods and fields, and free works revealing their paradoxes and multiple aims.

The artists, designers, architects and creators presented include: Jonathan Monk, Steven Holl and Vito Acconci, Ron Arad, Marcel Duchamp, Issey Miyake, Frederick Kiesler, Bertrand Lavier, Hussein Chalayan, Mel Bochner, Robert Morris and Yoko Ono.

« King and Queen » spring / summer 1999, by Issey Miyake and Dai Fujiwara is the departure point for a journey through art, design, performance and fashion, twisting their rules and conventions.

“King and Queen », spring / summer 1999 is one of the most emblematic works of the A-POC (« A piece of cloth ») collection, whose revolutionary use of laser cutting reinvented one of fashion’s fundamental laws (the cut), in garments that become sculptures, intimate architectures and three-dimensional forms in a single, two-dimensional object.

Pieces of Evidence: today clothing – tomorrow buildings is a tribute to these ventures transcending the bounds of fashion, art and creation and exploring uncharted frontiers.

MoMO Galerie INSPIRES CORPORAL EXPRESSION…

A PIECE OF CLOTH

« King and Queen », Spring / Summer1999, Issey Miyake et Dai Fujiwara

The garment as an event, as a metaphor between body and space, as a place of exploration, extending beyond the realm of fashion. Or how technology and the progressive fragmentation of a continuously knitted tube can create a family of garments.


Video still « Issey Miyake A-POC INSIDE » © 2007 animation by MASAHIKO SATO & EUPHRATES agency | ISSEY MIYAKE

Issey Miyake’s work has always been driven by his constant avant-garde quest for creative innovation, notably in Pleats Please and the A-POC (A piece of cloth) collection, garments one can cut oneself along predefined lines. His minimal and sculptural work is timeless.

A PERFORMANCE PIECE

CUT YOKO / ZEN YOKO

“Cut Piece”, Yoko Ono, Kyoto, 1964

In this performance, Yoko Ono asks the audience to cut up their clothes with scissors, “piece by piece”.  A daring gesture that pitches audience and artist into a close relationship: the artwork exists through its interaction with the public.

A kind of gift, in a giving-taking relationship.

A PIECE OF FURNITURE

« Rod Gomli », Ron Arad, 2009

One of the most significant recent pieces by the architect, designer and sculptor Ron Arad, this experimental work transcends the limits of aesthetics and functionality. The paradox of the joint notion of the seat and comfort seems compromised and, in the balance, our attention is drawn to the sinuous contours. User’s instructions: contemplate.

A FELT PIECE

“Untitled”, Robert Morris, 1970

In 1967 Robert Morris began working with felt, a material that can be heaped, piled, folded, cut up, suspended and draped in pleasant progressions of forms. With the complicity of gravity, the felt deploys itself freely in space. A work in transition, transformation, evolution, which physically implicates the viewer, between minimalism and post-minimalism, form and “anti-form”.

A FILMED PIECE OF ART – PART I


“Four Darks in Red”, Bertrand Lavier, 2004

A 1958 picture by Mark Rothko is projected in a loop on a wall. With this film with no beginning or end, Bertrand Lavier creates a sense of disorientation by altering the viewer’s passivity in front of an artwork removed from its usual context, and extends Rothko’s idea of painting as a surface to be contemplated and into which one can escape.

A FILMED PIECE OF ART – PART II

Jonathan Monk, » Sol Lewit, 100 cubes Cantz », 2000

In this reinterpretation of works by another artist, creating new points of encounter and new anecdotes, Jonathan Monk humorously manipulates his artistic references and surprises us with his subtle tributes.

ART AND ARCHITECTURE PIECE TOGETHER

“Storefront for Art and Architecture”, Steven Holl, Vito Acconci, New York, 1993

NO WALL,

NO BARRIER,

NO INSIDE,

NO OUTSIDE,

NO SPACE,

NO BUILDING,

NO PLACE,

NO SPACE,

NO INSTITUTION,

NO ART,

NO ARCHITECTURE,

NO ACCONCI,

NO HOLL,

NO STOREFRONT.

Kyong Park dans Acconci,Holl – Storefront for Art and Architecture – Kunsthaus Bregenz,aka, werkdocumente 17, Hatje Cants

A TRAVELLING PIECE

Souvenir piece

« Sculpture for Travelling », 1918, Marcel Duchamp, replica by Richard Hamilton, 1966, London

I liked to travel without.

A sculpture for travellers, to be recreated at each stop-over, merely by taking it out of a suitcase. A work that invades new spaces, which transcends the retinal dimension of painting to interact with its user.

A wink at the intervention-installation created for the First papers of Surrealism exhibition in New York a few years later, a giant spider’s web that parasited an exhibition of conventional artworks in search of new points of view, in suspense, to be created by viewer.

“First Paper of Surrealism”, Marcel Duchamp, 1942

« Displaying the Marvellous » Lewis Kachur, Mit Press

WHAT A PIECE !

What a catwalk!

Garments as experiences between architecture, technology and elegance.

Constructions simple yet complex, structured yet fluid.

A daring, original work of penetrating charm.

“Silicone dresses”, Spring 2008, Hussein Chalayan, Paris

A ‘hijacking’ of the classical catwalk show, in which static, frozen model/statues, dressed in their garment/sculptures, exhibit themselves on a revolving podium.

A MULTIFUNCTION PIECE


“Correalist Furniture for Art of This Century”, Frederick Kiesler, New York, 1942

Kiesler’s objects are charged with psychological sociological and philosophical components, and put the modern principle that “form follows function” to the test.

The interaction of energies, the tension between man and object, lie at the heart of his investigation.

At Peggy Guggenheim’s Art of This Century gallery in New York in 1942, Kiesler turned, turned again, lengthened and placed the same element upright to create an inventory of many other objects ready to support or enable the contemplation of the avant-garde works on display.

PIECES OF PAPER


“Theory of Painting”, Mel Bochner, 1971

Bochner’s double rule for a new theory of painting. It seems that no arrangement is left to chance, and no organization is fixed in time and space.

A horizontal painting, a kind of minimalist graffiti in search of a new creative process. An ensemble composed of different parts to be assembled following a very precise logic, in four unique configurations.

A THEATRE PIECE


« Il Tempo del Postino » (Postman Time), Manchester, 2007, Hans Ulrich Obrist, Philippe Parreno

A dialogue between the art and theatre worlds. An exhibition presented “on stage” to an audience comfortably seated in a theatre or opera house.

A PIECE OF INFORMATION

“News”, Hans Haacke, 1969 Düsseldorf / 1970 New York

For the first time, news is exhibited in an art space, printed as it happens and immediately accessible to the public.

A radical, groundbreaking gesture that keeps us on our guard and stimulates our critical faculties.

THE PERFECT-O PIECE

“TXP”, Gotscho, 1992

A chair, a skin, a person, each in their place, in a direct, body to body relationship.

Evocation, transformation, mise en scène.

Gotscho’s works fascinate and reawaken fantasies and memories of objects, bodies and spaces.

HOMMAGE

« View on stage », Merce Cunnigham (2005) Stage Design: Ernesto Neto

A representation of the close collaboration between the choreographer Merce Cunningam and her artist friends. A long story that began in the mid-50s and includes some of the choreographer’s closest colleagues, including Jasper Johns, Marcel Duchamp, Robert Rauschenberg and Andy Warhol. An attempt to build bridges between two worlds with no restrictions, beyond the limits of stage performance and technical and logistical constraints.

A tribute to freedom of expression, doing away with conventions.

All Museum Pieces

Margherita Ratti

March 2011

( traduction David Wharry )

PIECES OF EVIDENCE « Today Clothing, Tomorrow Buildings »

Samedi, mars 5th, 2011

PIECES OF EVIDENCE: Today clothing, Tomorrow buildings est une exposition qui tient le spectateur en équilibre entre oeuvres expérimentales de différentes époques et domaines, en dialogue entre elles, et oeuvres libres de nous révéler leurs paradoxes et leurs multiples destinations.

Parmi les artistes, designers, architectes, et créateurs présentés : Jonathan Monk, Steven Holl et Vito Acconci, Ron Arad, Marcel Duchamp, Issey Miyake, Frederick Kiesler, Bertand Lavier, Hussein Chalayan, Mel Bochner, Robert Morris, Yoko Ono, etc…

« King and Queen » spring / summer 1999, de Issey Miyake et Dai Fujiwara est le point de départ d’un parcours entre art, design, performances et mode pour retourner et détourner les règles et les conventions communes.

« King and Queen », spring / summer 1999 est une des pièces maîtresses et emblématiques de la collection A-POC (« A Piece Of Cloth ») : une collection révolutionnaire grâce à son procédé de découpe laser, qui a détourné une des lois fondamentales de la mode (la coupe et la découpe). Les vêtements  deviennent sculptures, architectures intimes, formes tridimensionnelles dans un objet en deux dimensions.

Pieces of Evidence: today clothing – tomorrow buildings est un hommage à ces tentatives qui dépassent les frontières de la mode, de l’art et de la création en tout genre et explorent des nouvelles limites possibles, sans lieux communs.

MoMO Galerie INSPIRES CORPORAL EXPRESSION…

A PIECE OF CLOTH

« King and Queen », Spring / Summer1999, Issey Miyake et Dai Fujiwara

Le vêtement comme événement, comme métaphore entre corps et espace; un lieu d’exploration, qui va au delà des territoires de la mode. Ainsi le fractionnement progressif d’un tube tricoté en continu génère t’il grâce à la technologie une famille des vêtements.

Video still « Issey Miyake A-POC INSIDE » © 2007 animation by MASAHIKO SATO & EUPHRATES agency | ISSEY MIYAKE

L’œuvre de Issey Miyake à été toujours animée par une constante quête d’innovation, à force d’avant-gardisme et de créativité notamment avec le Pleats Please (Plissés, s’il vous plait) ou encore la collection A-POC (A pièce of cloth / Un morceau de tissus), des vêtements à couper soi-même selon des lignes prédéfinies. Son travail minimaliste et sculptural est intemporel.

A PERFORMANCE PIECE

CUT YOKO / ZEN YOKO

“Cut Piece”, Yoko Ono, Kyoto, 1964

“Piece by piece” (morceau par morceau) Yoko Ono invite dans cette performance artistique le public à découper ses vêtements à l’aide de ciseaux. Un geste audacieux, qui met en étroite relation le spectateur et l’artiste ; l’œuvre d’art existe grâce à l’interaction avec son public.

Une sorte de don, dans une relation de prendre et donner.

A PIECE OF FURNITURE

« Rod Gomli », Ron Arad, 2009

Une des pièces récentes la plus significative de Ron Arad, architecte, devenu designer, devenu sculpteur ; une pièce expérimentale qui dépasse les limites entres esthétique et fonctionnalité. Le paradoxe de la notion d’assise, où le confort semble compromis. En équilibre, le regard est ainsi attiré par les sinueux contours. Mode d’emploi : contempler.

A FELT PIECE

“Untitled”, Robert Morris, 1970

A partir de 1967 Robert Morris commence à travailler avec le feutre. Matière qu’il entasse, empile, plie, découpe, suspend, drape dans une agréable progression de formes. Avec la complicité de la gravité le feutre se laisse aller dans l’espace. Un travail en transition, transformation, évolution qui implique physiquement le spectateur. Entre minimalisme et post minimalisme, Form et « Anti-Form ».

A FILMED PIECE OF ART – PART I


“Four Darks in Red”, Bertrand Lavier, 2004

Une oeuvre de Mark Rothko de 1958 est projetée en boucle sur un mur. Un film sans début ni fin. Grâce à ce détournement Bertrand Lavier suscite le dépaysement : il altère l’état passif du spectateur face à l’œuvre d’art qui est extraite de son contexte habituel. Le prolongement de l’idée de Rothko de la peinture comme surface à contempler dans la quelle se perd le regard.

A FILMED PIECE OF ART – PART II

Jonathan Monk, » Sol Lewit, 100 cubes Cantz », 2000

Une re-interprétation d’œuvres déjà existantes pour créer des nouveaux points de rencontre, des nouvelles anecdotes. Jonathan Monk manipule ses références artistiques avec humour et nous surprend avec ses subtils hommages.

ART AND ARCHITECTURE PIECE TOGETHER

“Storefront for Art and Architecture”, Steven Holl, Vito Acconci, New York, 1993

NO WALL,

NO BARRIER,

NO INSIDE,

NO OUTSIDE,

NO SPACE,

NO BUILDING,

NO PLACE,

NO SPACE,

NO INSTITUTION,

NO ART,

NO ARCHITECTURE,

NO ACCONCI,

NO HOLL,

NO STOREFRONT.

Kyong Park dans Acconci,Holl – Storefront for Art and Architecture – Kunsthaus Bregenz,aka, werkdocumente 17, Hatje Cants

A TRAVELLING PIECE

Souvenir piece

« Sculpture for Travelling », 1918, Marcel Duchamp, replica by Richard Hamilton, 1966, London

J’aimais voyager sans.

Une sculpture pour les voyageurs. Une sculpture à recréer à chaque arrêt, simplement en la sortant de sa propre valise. Un œuvre qui envahit des nouveaux espaces et qui dépasse la dimension rétinienne de la peinture pour interagir avec son utilisateur.

Clin d’oeil à l’intervention-installation crée pour l’exposition First papers of Surrealism à New York quelques années plus tard. Une toile d’araignée géante qui parasite une exposition d’œuvres d’art classiques à la recherche de nouveaux points de vues, en suspens, à la charge du spectateur.

“First Paper of Surrealism”, Marcel Duchamp, 1942

« Displaying the Marvellous » Lewis Kachur, Mit Press

WHAT A PIECE !

What a catwalks!

Vêtements comme expériences entre architecture, technologie et élégance.

Constructions simples, mais aussi complexes, structurés mais aussi souples et fluides.

Un travail audacieux, original qui offre un charme pénétrant.

“Silicone dresses”, Spring 2008, Hussein Chalayan, Paris

Le détournement d’un défilé classique. Statiques, fixes, les mannequins/statues, habillés de leurs vêtements/sculptures, se donnent à voir au public sur un podium tournant.

A MULTIFUNCTION PIECE


“Correalist Furniture for Art of This Century”, Frederick Kiesler, New York, 1942

L’objet chez Kiesler est imprégné de données psychologiques, sociologiques et philosophiques et met à l’épreuve le principe moderne de « Form follows function ».

Ce sont l’interaction des énergies, la tension entre l’homme et l’objet qui sont au cœur de son investigation.

A la Galerie Art of This Century de Peggy Guggenheim à New York en 1942, Kiesler s’exerce à tourner, retourner, allonger, remettre debout le même élément pour en faire un inventaire de multiples autres objets prêts à supporter ou permettre de contempler les œuvres avant-gardistes exposées.

PIECES OF PAPER


“Theory of Painting”, Mel Bochner, 1971

Double règle chez Bochner pour une nouvelle théorie de la peinture. Il semble qu’aucun arrangement n’est laissé au hasard et, en même temps, aucune ordonnance n’est figé dans le temps et l’espace.

Une peinture à l’horizontale, sorte de graffiti minimaliste à la recherche d’un nouveau processus créatif. Un ensemble composé de différentes parties à assembler selon une logique bien précise ; en quatre uniques configurations.

A THEATRE PIECE


« Il Tempo del Postino » (Postman Time), Manchester, 2007, Hans Ulrich Obrist, Philippe Parreno

Un dialogue entre le monde de l’art et celui du théâtre. Une exposition hors du commun qui se présente « sur scène » a un public confortablement assis dans une salle de théâtre où à l’Opera.

A PIECE OF INFORMATION

“News”, Hans Haacke, 1969 Düsseldorf / 1970 New York

Pour la première fois des news sont exposées dans un lieu d’art. Imprimés en temps réel et accessibles au public.

Un geste radical et précurseur qui maintient le spectateur en garde et éveille son sens critique.

THE PERFECT-O PIECE

“TXP”, Gotscho, 1992

Une chaise, une peau, un personnage, chacun à sa place, en relation étroite, corps à corps.

Evocation, transformation, mise en scène.

Les oeuvres de Gotscho séduisent et font surgir chez le spectateur fantasmes et souvenirs d’objets, de corps ou d’espaces connus.

HOMMAGE

« View on stage », Merce Cunnigham (2005) Stage Design: Ernesto Neto

Une représentation de l’étroite collaboration entre le chorographe Merce Cunningam et ses amis artistes. Une longue histoire qui démarre au milieu des années 50 et qui a vu parmi les plus proches collaborateurs du chorégraphe Jasper Johns, Marcel Duchamp, Robert Rauschenberg, Andy Warhol, etc. Une tentative de créer des passerelles entre les deux mondes sans restrictions, au-delà des limites du praticable sur scène et de toutes contraintes techniques et logistiques.

Un hommage à la liberté d’expression, au delà des conventions.

All Museum Pieces

Margherita Ratti

5 Mars 2011



Exhibition « Stairway to Heaven » (Louise, a matter of life and death and happiness)

Mardi, novembre 2nd, 2010

from 23th october to 5th december, 2010

by Romaric Tisserand


Louise Bougeois,  » I have been to hell and back and let me tell you it was wonderful », limited edition handkerchief  by Third Drawer Down for Tate, 2007 (view of the window of the MoMO galerie)

FACE A   » STAIRWAY TO HEAVEN  » (Welcome Patch in the window of the MoMO galerie) 2010

FACE B   » HELL / HELLO  » (Welcome Patch in the window of the MoMO galerie) 2010

An Exhibition propopsal from Romaric Tisserand

MoMo’s first exhibition, “Stairway to Heaven (Louise, Life, Death, and maybe Happiness)” took shape in the spring. We chose Louise Bourgeois’ embroidered handkerchief, “I’VE BEEN TO HELL AND BACK AND LET ME TELL YOU IT WAS WONDERFUL”, pinned to the wall like a Byzantine icon, as the “flag” of a universal quest for happiness and love of life that culminated with the artist’s departure on 30 May.

The title, ‘Stairway to Heaven’, is a dual, musical and cinematographic reference. In the legendary 1971 Led Zeppelin hit written by Jimmy Page and Robert Plant, “there’s a lady who’s sure that all that glitters is gold and she’s buying the stairway to heaven,” but at the end she’s told: “your stairway lies on the whispering wind…”

In ‘A Matter of Life and Death’, first released in the USA in 1946 as ‘Stairway to Heaven’, an RAF pilot (David Niven) jumps from his burning plane without a parachute. A guardian angel with a French accent takes him away to heaven, from where he nostalgically contemplates the world he has just left. Then one morning he wakes up on a beach and continues his life on earth, falling in love with June (Kim Hunter), refusing to return to heaven and escaping his guardian angel.

What still pushes us to chase after Lewis Caroll’s White Rabbit?

Cover Album “Stairway to Heaven”, Led Zepplin, Island Records, 1971

David Niven et Kim Hunter. Extrait du Film “A matter of Life and Death” de Michael Powell, 1946

In our constant quest for happiness, both the song and film lead us back to Louise Bourgeois’ embroidered work “I’ve been to Hell and back and let me tell you it was wonderful”, to her jubilant response to the trials of life, in which there is no heaven, hell or purgatory other than the one we create for ourselves. The idea of happiness can thus be understood as a path, as accomplishment, contradiction and desire.

Louise Bourgeois’ embroidered handkerchief, created in 1967, is a veritable self-portrait and a brazen celebration of life, telling us that in its organised chaos there is a kind of radiant lucidity.

Via a series of visual quotes, the Louise Bourgeois work in the MoMo window takes us on a journey into the bestiary of Alice in Wonderland, into the mythology of life, desire, the death of the artist and paradise lost.

Jean Fouquet, “La Vierge et l’Enfant entourés d’Anges” vers 1452-1455. Koninklijk Museum voor Schone Kunsten Antwerpen.

The Other World. Still of “A matter of Life and Death” de Michael Powell, 1946

Kim Hunter. Still of “A matter of Life and Death” de Michael Powell, 1946

Still of « Au hasard Balthazar » from director Robert Bresson’s film, 1966

Still from the Musical of William Sterling’s “Alice’s Adventures In Wondeland”,1972.

Vladimir Yaguno, el pie de seda ( la Habana ), 2002

(Eat Me) Pain aux Raison, Photo Romaric Tisserand, London 2010

Frida Khalo, My birth, 1932
Oil on metal. 31 x 35 cm. Private collection.

Mary McCartney
Tracey as Frida, 2007
C-type print
30 x 40 inches
Courtesy Michael Hoppen Gallery

Jeff Koons, Made in Heaven
lithograph billboard
125 x 272 inches
317.5 x 690.9 cm
Edition of 3 plus AP
1989 © Jeff Koons

James Turrell «First Moment» 2003, Courtesy Gagosian Gallery

Jenny Holzer, « Inflammatory Essays »
[no title] 1979-82.
Lithograph on paper
© TATE  Collection.

Henri Rousseau (dit le Douanier Rousseau), Le Rêve, 1910
Museum of Modern Art (MoMA), New York

Cyprien Gaillard, Real Remnants of Fictive Wars IV, 2004,
Courtesy Galerie Bugada & Cargnel.

Extrait du film “Gerry” de Gus van Sant, 2002. (Matt Damon et Casey Affleck).

Douglas Gordon’s Pretty much every word written, spoken, heard, overheard from 1989. (detail) View in “theanyspacewhatever” at the Guggenheim  Museum in november 2008.

Martin Kippenberger (1953-1997)  « Keiner hilft Keinem » ( Nobody helps Nobody)
each: incised with the artist’s initial and date ‘K 89′ (on the hammer) paint on composite board, plastic, bronze and copper, in two parts. Each: 59in. (150cm.) high.
Executed in 1989, this work is from an edition of three.
 » Personne n’aide personne / Nobody helps nobody / Keiner hilft keinem ( Lord Jim Lodge )

Adam McEwen
« I’ll Be your Mirror », 2004
Installation view at City Inn Westminster
Fondation Trussardi
Frieze Commissioned 2004

Elvire Bonduelle Le Meilleur Monde, (The Best World),
a 1000 copies edition, 16 pages,
31 x 47 cm
© 2010 the artist, courtesy Galerie Intuiti

Matt Stokes, 2003
„Real Arcadia“, 26.01.-08.03.2008
Detailansicht
Courtesy of Lüttgenmeijer, Berlin

« Be Stupid », Diesel Campaign, 2010

Gillian Wearing b. 1963 `I’m desperate’  1993
from Signs that Say What You Want Them To Say and Not Signs that Say What Someone Else Wants You To Say.

Happy New Year,HelpYouselves If you can. Photo Lili Bonnet

Les Damnés, Porche du Beau Dieu ( détail ), Cathédrale de Reims, XIII siècle

Felix Gonzalez-Torres, « Untitled´ (Perfect Lovers), 1991.

Julia Chiang
I am So Sorry
2009
ink on index card
3 x 5  »
Edition of 100, each unique
Signed & numbered on back

DAMIEN HIRST
Problem Girl, 2001
Glass, stainless steel, plasterzote and medical packaging
70 13/16 x 35 3/8 x 14 3/16 inches (179.8 x 89.9 x 36 cm)
Courtesy Gagosian Gallery.

TRACEY EMIN, I promise to love you, 2007
Clear red neon. 145.8 x 143 cm. (57 x 56 in).   This work is from an edition of three plus two artist’s proofs and is accompanied by a certificate of authenticity signed by the artist.

»Rock My Religion«, 1982-1984 by Dan Graham. Video Monocanal, Betacam.
Colleccio MACBA. Fundacio Museu d’Art Contemporani de Barcelona. Donacio Familia Romeu

Louise Bourgeois, « Untitled » from « Fugue »,
2003 (published 2005).
One from a portfolio of nineteen screenprints with lithography, composition (irreg.): 11 13/16 x 14 11/16″ (30 x 37.3 cm); sheet: 11 13/16 x 16″ (30 x 40.7 cm). Publisher and printer: Procuniar Workshop, New York. Edition: 9. Gift of the artist to MoMA. © 2010 Louise Bourgeois Trust

Scott King ‘Never Work!’
First Published November 1998 In Sleazenation
‘Dave Help Me (Religious Poster)


Sarah Lucas
Is Suicide Genetic?
1996
Photograph on paper

Tania Bruguera, Autosabotaje
el Pabellón de Murcia en la Bienal de Venecia
2009


Ana Mendieta: Untitled – 1973
© Estate of Ana Mendieta

Meta Warrick Fuller. Talking Skull. 1937.Bronze, 28 x 40 x 15 inches
Museum of Afro American History, Boston


Hippolyte Bayard : Autoportrait, « le noyé », positif direct sur papier, octobre 1840
Société française de Photographie, Paris


On Kawara, One Million Years (Past and Future), since 1970


Jane Hilton, Coming soon nothing, Dayton, Nevada, 2002, © the artist

Jane Hilton, Coming soon nothing, Dayton, Nevada, 2002, © the artist

Alice in Wonderland is the story of a world equal to our desires, of a childhood that submits to no one. A world in which logic and knowledge are obsolete, in which intuition still takes precedence, in which the passage from reality to fiction is the fertile ground for unbridled imagination.

Like Lewis Caroll, Louise Bourgeois’ drew on her childhood, on those total experiences that forge our definitive relationship to the world from the very beginning. The construction of the myth of the artist is a response to the notion of death as desire for immortality. Art and life are indissociable in Louise’s work, just as dream and reality are in Alice’s adventures. Frida Khalo, Ana Mendieta, Louise Bourgeois, Tania Bruguera and Marina Abramovic all created the figure of the primitive, Dionysian, anthropophagic ‘woman-matrix’ consuming their entire life.

Louise Bourgeois reactivated her childhood memories for her own ends, to shape her work, sewing and darning together her own sculptural “bestiary” in which ‘Mother’ is a gigantic spider and her father a phallic statue to be held in the hand. Alice gets lost in her frantic, careless pursuit of the White Rabbit, shrinking when she drinks from a little bottled labelled Drink Me, and growing when she eats biscuits marked Eat Me, but on the other side of Louise’s looking glass (her inner life/world), she is no longer a mere pawn but Queen. Alice has to run to stay still in an upside-down camera obscura world in which to reach the garden she must first distance herself from it, whereas Louise Bourgeois’ thread restores and reconstructs the warp and weft.

In Fellini’s 8 ½, the film director (Marcello Mastroianni) is asked by one of the doctors at the spa: “What are you working on now? Another film without hope?” ( su cosa stai lavorando in questo momento? ancora su un film senza speranze? )

What do we have left to give our choices and determination shape?  Hope and wandering are the most complete forms of freedom – if practiced until exhaustion. A freedom that makes one tremble because it is total, immediate, irrevocable. Jim Jarmush’s 1984 film “Stranger Than Paradise” tracks the collective roaming of three misfits. But the most accomplished work on this theme is Gus Van Sant’s “Gerry”, in which two friends get lost on a hike in the desert. Their journey quickly degenerates into a dance of death in which they forget the aim of their quest and the struggle of Cain and Abel is put to the test of mankind’s origins and mythology. And ultimately leads to the breakdown of friendship and the triumph of the void, fear and the sun, symbol of death.

‘Nobody helps Nobody’, Martin Kippenberger

There remains desire and pain, those transformers of reality, the emotional disequilibrium that shuts us up in solitude and frees us from thinking, calculating… Life must always be given meaning. But what meaning? Rationality will not save us – I Love you, I Hate you, I Promise you, I forget you. But above all not remembering and finally accepting the life one dreads.

In ‘Brave New World’ Aldous Huxley, explores mankind’s greatest affliction: not that we prefer to laugh rather than think, but that we do not know why we laugh and why we’ve stopped thinking. The SOMA pills handed out at the end of each workday induce a state in which all desires are annihilated by an immediate, aimless pleasure in which we are dead because we no longer want anything. No more hope, no more desire.

Jean BAUDRILLARD talks of an ‘integral reality’, the ultimate stage of a totally calculable and operational society at odds with the traditional principle of reality. A world in which everything is technically possible, in which all desires and Utopias are achievable.

Behind the fantasy of immortality feigning death looms the prospect of an aimless path, of happiness without desire, of a story that would proliferate indefinitely, without bounds, without choices because everything is possible. In which happiness has disappeared and left us in darkness.

No more Garden of Eden, no more rules to disobey.

Alexandre Arrechea, « Garden of Mistrust », Watercolor on Paper, 44 x 44 inches
Aluminum, surveillance cameras, computer equipment (
Project website )
©  Alexandre Arreachea

Contradiction will be our evolution.

Cyprien Gaillard, Desniansky Raion & Koudlam – See you All
2007
30:00 min.
Edition of 5

Abramovic, Marina and Ulay, «Light/Dark», 1977
Video Still


Until now, tout va bien.

“– It’s the same old story. Again we’re being sold the future.

- Don’t worry, the solution is Utopian. Take a good look around you. But who…who loves life?

- Once upon a time people were happy because they didn’t understand why they were happy.

- Now, they’re no longer happy because everyday their happiness is explained to them.”

(Nouvelle Vague, Jean-Luc Godard, 1990)


To be imperfect, free and happy.


Romaric Tisserand

Paris,  23th october, 2010

( Traduction David Wharry )

Lundi, novembre 1st, 2010

EXHIBITION IS A CEREBRAL SPACE

——–26, RUE BEAUREPAIRE, 75010 PARIS, FRANCE —– [ VERSION FRANÇOISE ]

THE LAIKA’S DREAM ( SPACE MUST BE THE PLACE )

LAUNCH TIME : 07:30:00 P.M, PARIS GMT

LAUNCH DAY : NOVEMBER, 12, 2011

LAUNCH PAD : MoMO GALERIE

RETURN ON EARTH : JANUARY, 10, 2012

MISSION DURATION : 61 DAYS IN ORBIT

OPENING, SATURDAY, 12 NOV 2011, from 7:30 PM

( CLICK ON THE IMAGE TO SEE THE EXHIBITION )

MoMO GARGANTUA CITY ( Comestibles  Architect )

2nd july – 30th september 2011

OPENING, SATURDAY  2nd JULY from 7:30 pm

PIECES OF EVIDENCE ( Today Clothing, Tomorrow Buildings )

5th march – 21th may 2011


STAIRWAY TO HEAVEN ( Louise, a matter of Life and death and hapiness )

23th october – 5th december 2010

to be informed of the next exhibtion, please join our mailing list

find us on facebook

A NEW TOPOGRAPHY OF THE EXHIBITION SPACE

MoMO Galerie is a non-profit artistic and curating project, installed in the window of Mohamed Elloumi’s electrical supplies shop at 26 rue Beaurepaire 75010 in Paris.

By deploying exhibition projects in a shop window  (1.20 wide x 1.80 m high), MoMo Gallerie will be pursuing a practice of constant interference, and questioning the topography of the traditional “white cube” exhibition space and what can or should be shown to the public.

Each single piece shown in this permanent, 24/7 exhibition space will act as the portal and departure point for an exhibition continuing in digital space on the gallery’s website.

THE EXHIBITION IS A CEREBRAL SPACE

The exhibition is no longer restricted to the physical space available and its constraints (transport, loans, insurance, conservation), but in direct synergy with its environment.

Each MoMo Galerie exhibition will be a collaboration, an invitation for an artist or curator to show, develop or defend a project or point of view. 26 rue Beaurepaire, 75010 Paris, will remain MoMo Galerie’s permanent, 24/7 base during its forays in other shop windows all over the world.

This project would never have been possible without Mohamed Elloumi’s unfailing support.

MoMO Galerie is co-directed by Romaric Tisserand and Margherita Ratti.

PRESS RELEASE  (PDF) ENGLISH VERSION

- Download A3 -

[Contact] [Crédits] [Links] [About MoMO]

MoMO Galerie

Troisième opération

Vendredi, mai 28th, 2010

J’écris ici le texte de ma troisième opération, et j’insère mes images où je veux.

Deuxième opération

Vendredi, mai 28th, 2010

Exposition « Stairway to Heaven » (Louise, la vie, la mort et le bonheur peut-être)

Vendredi, mai 28th, 2010

du 23 octobre au 5 décembre 2010

By Romaric Tisserand

Louise bourgeois, tate modern, romaric tisserand

Louise Bougeois,  » I have been to hell and back and let me tell you it was wonderful », limited edition handkerchief by TATE & Third Drawer Down, 2007 (vue de la vitrine de la MoMO galerie)

FACE A   » STAIRWAY TO HEAVEN  » (Welcome Patch in the window of the MoMO galerie) 2010

FACE B   » HELL / HELLO  » (Welcome Patch in the window of the MoMO galerie) 2010

Le titre «  Stairway to Heaven  » emprunte directement à une double citation : l’une musicale et l’autre cinématographique. Le morceau d’anthologie composé par Jimmy Page et Robert Plant de Led Zeppelin en 1971. Cette chanson consacre 8 brillantes minutes au songe de cette femme convaincue que les portes dorées du Paradis lui sont acquises car c’est un dû, mais dont les dernières strophes nous apprennent que « your stairway lies on the whispering wind… ».

« A Matter of Life and Death », film d’anticipation sorti originellement en 1946 aux USA sous le titre Stairway to Heaven nous montre David Niven, pilote de la RAF, s’échapper de son avion en flamme sans parachute. Recueilli par un gardien de l’Autre Monde à l’accent français, il est emmèné dans l’au-delà d’où il contemple avec nostalgie le monde qu’il  vient de quitter. Un matin, il se reveillera de nouveau sur la plage et continuera sa vie terrestre, tombant amoureux de June (Kim Hunter) et refusant dès lors de remonter aux cieux en échappant à son ange-gardien.

Cover Album “Stairway to Heaven”, Led Zepplin, Island Records, 1971

David Niven et Kim Hunter. Extrait du Film “A matter of Life and Death” de Michael Powell, 1946

Dans notre quête permanente du bonheur, ces deux références nous ramènent à l’oeuvre brodée de Louise Bourgeois « I’ve been to Hell and back and let me tell you it was wonderful » réponse jubilatoire à l’expérience de la vie : il n’y aurait pas de paradis, pas d’enfer, pas de purgatoire ailleurs que celui que l’on se donne. L’idée du bonheur se comprendrait alors dans l’idée du parcours, de l’accomplissement, de la contradiction et de celui du désir.

Véritable autoportrait de l’artiste qu’elle réalise en 1967, ce mouchoir brodé est une célébration totalement impudique de l’acte de vivre. Comme si dans le chaos organisé de la vie se dégageait pour l’artiste une sorte de lucidité rayonnante.

Décantée à travers plusieurs citations visuelles, cette première proposition de la MoMO Galerie inaugure avec cette pièce de Louise Bourgeois, exposée dans la vitrine de la galerie, un parcours à travers le bestiaire d’Alice au Pays des Merveilles, de la mythologie de la vie, du désir, de la mort de l’artiste et du paradis perdu.

Jean Fouquet, “La Vierge et l’Enfant entourés d’Anges” vers 1452-1455. Koninklijk Museum voor Schone Kunsten Antwerpen.

The Other World.Extrait du Film “A matter of Life and Death” de Michael Powell, 1946

Kim Hunter.Extrait du Film “A matter of Life and Death” de Michael Powell, 1946

Extrait du film « Au hasard Balthazar » de Robert Bresson, 1966

Extrait de la comédie musicale anglaise de William Sterling “Alice’s Adventures In Wondeland”,1972.

Alice au Pays des Merveilles est l’histoire d’un monde à la hauteur de nos désirs, de cette enfance qui ne se soumet à personne. Un monde où la logique et le savoir n’ont plus cours, où l’intuition existe encore au profit du savoir, où le passage de la réalité à la fiction est le terreau fertile à l’imagination débridée. Les enfants n’ont pas de passé. Ils ne font que vivre. L’œuvre de Lewis Caroll comme celle de Louise Bourgeois se nourrissent de l’enfance, de ces expériences totales qui forgent dès les premières années notre rapport définitif au monde.

La construction du mythe de l’artiste apporte une réponse à cette question de la mort comme du désir d’immortalité. L’art et la vie sont indissociables dans l’oeuvre de Louise, comme le rêve et la vie sont indissociables dans les aventures d’Alice. Frida Khalo, Ana Mendieta, Louise Bourgeois, Tania Bruguera, Marina Abramovic toutes ont créé ce personnage de ‘femme-matrice », primitive et dionysiaque qui dévore tout de leur vie. Anthropophage.

Louise Bourgeois réactive à son propre profit sa mémoire et ses souvenirs d’enfance pour modèler son oeuvre. Elle coud, elle rapièce, crée un bestiaire de sculptures. « Maman » est pour Louise Bourgeois une araignée gigantesque et le père une statue phallique que l’on tiendrait dans la main. Là où Alice se perd dans sa course effrénée et insouciante après un lapin blanc, subit de nombreuses métamorphoses physiques en buvant des fioles (Drink Me) qui la font rétrécir, en mangeant des biscuits (Eat Me) qui la font grandir, Louise passe de l’autre côté du miroir (sa vie intérieure) où de simple pion, elle devient Reine. Là où Alice doit courir pour rester sur place comme dans un monde inversé d’une Camera Obscura, où, pour atteindre le jardin elle doit d’abord s’en éloigner, le fil à tisser de Louise Bourgeois restaure, reconstruit la trame.

Vladimir Yaguno, el pie de seda ( la Habana ), 2002

(Eat Me) Pain aux Raison, Photo Romaric Tisserand, London 2010

Frida Khalo, My birth, 1932

Oil on metal. 31 x 35 cm. Private collection.

Mary McCartney

Tracey as Frida, 2007

C-type print

30 x 40 inches

Courtesy Michael Hoppen Gallery

Jeff Koons, Made in Heaven

lithograph billboard

125 x 272 inches

317.5 x 690.9 cm

Edition of 3 plus AP

1989 © Jeff Koons

James Turrell «First Moment» 2003, Courtesy Gagosian Gallery

Jenny Holzer, « Inflammatory Essays »

[no title] 1979-82.

Lithograph on paper

© TATE  Collection.

Henri Rousseau (dit le Douanier Rousseau), Le Rêve, 1910

Museum of Modern Art (MoMA), New York

Cyprien Gaillard, Real Remnants of Fictive Wars IV, 2004,

Courtesy Galerie Bugada & Cargnel.

Extrait du film “Gerry” de Gus van Sant, 2002. (Matt Damon et Casey Affleck).

Douglas Gordon’s Pretty much every word written, spoken, heard, overheard from 1989. (detail) View in “theanyspacewhatever” at the Guggenheim  Museum in november 2008.

Martin Kippenberger (1953-1997)  « Keiner hilft Keinem » ( Nobody helps Nobody)

each: incised with the artist’s initial and date ‘K 89′ (on the hammer) paint on composite board, plastic, bronze and copper, in two parts. Each: 59in. (150cm.) high.

Executed in 1989, this work is from an edition of three.

 » Personne n’aide personne / Nobody helps nobody / Keiner hilft keinem ( Lord Jim Lodge )

Adam McEwen

« I’ll Be your Mirror », 2004

Installation view at City Inn Westminster

Fondation Trussardi

Frieze Commissioned 2004

Elvire Bonduelle Le Meilleur Monde, (The Best World),

a 1000 copies edition, 16 pages,

31 x 47 cm

© 2010 the artist, courtesy Galerie Intuiti

Matt Stokes, 2003

„Real Arcadia“, 26.01.-08.03.2008

Detailansicht

Courtesy of Lüttgenmeijer, Berlin

« Be Stupid », Diesel Campaign, 2010

Gillian Wearing b. 1963 `I’m desperate’  1993

from Signs that Say What You Want Them To Say and Not Signs that Say What Someone Else Wants You To Say.

Anonyme. Happy New Year,HelpYouselves If you can. Photo Lili Bonnet

Les Damnés, Porche du Beau Dieu ( détail ), Cathédrale de Reims, XIII siècle

Felix Gonzalez-Torres, « Untitled´ (Perfect Lovers), 1991.

Quand le médecin de la clinique de repos osculte un Marcello Mastroianni en doppelgängers  fellinien sans le film Otto e Mezzo (8 et Demi) il lui demande désabusé « su cosa stai lavorando in questo momento? ancora su un film senza speranze? » (sur quoi êtes-vous en train de travailler en ce moment, encore un film sans espoir ?).

Que nous reste-t-il pour éprouver nos choix et notre détermination ?

L’espoir et l’errance, tous deux conçus comme les formes les plus abouties de liberté. Jusqu’à l’épuisement. Cette liberté qui donne la tremblotte car elle est totale, immédiate et irrévocable. Jim Jarmush signait en 1984Stranger Than Paradise, un film dans une magnifique demi-teinte noir et blanc sur l’errance collective des trois Misfits en quête d’une vie arrachée au quotidien. Mais l’œuvre la plus aboutie sur l’errance serait le film de Gus Van Sant où deux amis s’appellant Gerry partent dans le désert, prennent un raccourci et se perdent. Cette promenade se transforme rapidement en dance mortuaire où l’on oublie l’objet de leur quête. Commence la lutte  d’Abel & Cain soumis à l’épreuve de l’origine des hommes, à leur mythologie. C’est l’échec de l’amitié, de l’homme et la victoire du vide, de la grande peur, du soleil symbole de mort.

« Personne n’aide personne » Martin Kippenberger

Il reste alors le désir ou la douleur, transformateurs du réel, emotional desequilibrium qui nous enferment dans la solitude et nous libèrent d’une vie trop pensée. Toujours donner du sens à sa vie. Mais quel sens ? La rationalité ne nous sauvera pas.

Le désir total- I Love you, I Hate you, I Promise you, I forget you – Ne pas se souvenir surtout et accepter enfin la la vie que l’on redoutait.

Julia Chiang

I am So Sorry

2009

ink on index card

3 x 5  »

Edition of 100, each unique

Signed & numbered on back

DAMIEN HIRST

Problem Girl, 2001

Glass, stainless steel, plasterzote and medical packaging

70 13/16 x 35 3/8 x 14 3/16 inches (179.8 x 89.9 x 36 cm)

Courtesy Gagosian Gallery.

TRACEY EMIN, I promise to love you, 2007

Clear red neon. 145.8 x 143 cm. (57 x 56 in).   This work is from an edition of three plus two artist’s proofs and is accompanied by a certificate of authenticity signed by the artist.

»Rock My Religion«, 1982-1984 by Dan Graham. Video Monocanal, Betacam.

Colleccio MACBA. Fundacio Museu d’Art Contemporani de Barcelona. Donacio Familia Romeu

Louise Bourgeois, « Untitled » from « Fugue »,

2003 (published 2005).

One from a portfolio of nineteen screenprints with lithography, composition (irreg.): 11 13/16 x 14 11/16″ (30 x 37.3 cm); sheet: 11 13/16 x 16″ (30 x 40.7 cm). Publisher and printer: Procuniar Workshop, New York. Edition: 9. Gift of the artist to MoMA. © 2010 Louise Bourgeois Trust

Scott King ‘Never Work!’

First Published November 1998 In Sleazenation

‘Dave Help Me (Religious Poster)

Sarah Lucas

Is Suicide Genetic?

1996

Photograph on paper

Tania Bruguera, Autosabotaje

el Pabellón de Murcia en la Bienal de Venecia

2009

Ana Mendieta: Untitled - 1973

© Estate of Ana Mendieta

Meta Warrick Fuller. Talking Skull. 1937.Bronze, 28 x 40 x 15 inches

Museum of Afro American History, Boston

Hippolyte Bayard : Autoportrait, « le noyé », positif direct sur papier, octobre 1840

Société française de Photographie, Paris

On Kawara, One Million Years (Past and Future), since 1970

Jane Hilton, Coming soon nothing, Dayton, Nevada, 2002, © the artist

Aldous Huxley, dans son livre Le Meilleur des Mondes (Brave New World), s’interroge sur la plus grande affliction de notre humanité : cela ne serait pas le fait que les gens rient au lieu de penser mais que les gens ne sachent pas savoir pourquoi ils rient et pourquoi ils ont arrêté de penser. Les pilules de SOMA, distribuées à la fin de chaque journée de travail, les plongent dans un état où tous les désirs s’estompaient au profit d’un plaisir immédiat sans finalité. Ils étaient morts de ne plus vouloir. Plus d’espoir, plus de désir.

Jean BAUDRILLARD parle de « réalité intégrale », stade ultime d’une société totalement calculable et opérationnelle en rupture avec le principe traditionnel de réalité. D’un monde où tout serait techniquement possible, où tous les désirs et les utopies seraient réalisables. Derrière ce fantasme d’immortalité qui feindrait la mort, se profile la perspective d’un chemin sans but, d’un bonheur sans désir, d’une histoire qui se proliférerait indéfiniment et sans limites, sans choix car tous possibles. Le bonheur aurait alors disparu, nous laissant dans les ténèbres profondes.

Alexandre Arrechea, « Garden of Mistrust », Watercolor on Paper, 44 x 44 inches

Aluminum, surveillance cameras, computer equipment ( Project website )

©  Alexandre Arreachea

La contradiction sera notre évolution.

Cyprien Gaillard, Desniansky Raion & Koudlam – See you All

2007

30:00 min.

Edition of 5

Abramovic, Marina and Ulay, «Light/Dark», 1977

Video Still

 » – C’est la même chanson qui recommence. De nouveau, on nous propose le futur.

- Soyez tranquille, la solution est utopique. Regardez bien autour de vous. Mais qui,..qui aime la vie ?

- Autrefois le peuple était heureux parce qu’il ne comprenait pas pourquoi il était heureux.

- Aujourd’hui, il n’est plus heureux parce que tous les jours on lui explique son bonheur.

[...] On dira, c’était le temps où il y avait encore des riches et des pauvres, des forteresses à prendre, des degrés à gravir, des choses désirables assez bien défendues pour conserver leurs attraits. Le hasard était de la partie »

(Extraits du film « Nouvelle Vague » de Jean-Luc Godard, 1990)

Vivre imparfaits,

libres et heureux.

Jusqu’ici tout va bien.

Romaric Tisserand

Paris, le 23 octobre 2010